Lebanon Hotels
Quick Search

+ Advanced Search
Lebanon Tourism Lebanon Hotels Lebanon Photo Gallery Lebanon Touristic Places Lebanon Restaurants Lebanon Images
 
: GUIDE INFO :
- About Us - Contact Us - Social Media - F.A.Q - Plans - Albums - Interactive Wall - Post Your News - News & Events - Get Listed - Get A Website - Marketing Tips - Useful Links - International Links
: HOTELS DIRECTORY :
- Beirut Hotels - Bekaa Hotels - Mount Lebanon Hotels - North Lebanon Hotels - South Lebanon Hotels - Advanced Search
: LEBANON INFO :
- Transportation In Lebanon - Touristic Sites - Featured Resorts - Resorts> - Grottos - Embassies in Lebanon - Photo Gallery - Articles About Lebanon - Songs About Lebanon
: SISTER SITES :
- AtLebanon Directory - Advertise Lebanon - Professional Innovations - Lebanon Auto Guide - Bcharre Chalet & Motel
: GOOGLE ADS :
» ARTICLES LISTING
The World's most expensive Hotel Room is in Lebanon - [more]
By: Guia do Litoral
Date: Thursday, September 01, 2016

The World's most expensive Hotel Room is in Lebanon
(World News) 1 hour ago

Far from the main tourist destinations on the planet is the largest suite in the world, the Royal Suite of the Grand Hills Hotel. Situated in the Lebanese city of Brumana, about 20 kilometers from the capital Beirut, the palace has 4,131 m² and is registered in "Guinness Book" as the largest hotel suite in the world.

With seven floors and a capacity to comfortably accommodate 10 people, it has several rooms, as well as three living rooms, a luxurious dining room, a library and six suites.

 

The 4,100 m² are furnished with extreme luxury, ranging from crystal chandeliers to works of art by renowned painters and sculptors around the world. It's surrounded by gardens and the two pools for exclusive 'suíte' use.

 

All this luxury comes at a very hefty price tag as sleeping one night in the largest suite in the world costs $ 80 000. The problem is that to make a reservation, it is necessary to wait up to two months, as the queue to stay in place is long.

 

 

 

 

Source : http://goo.gl/R3wnp8

...
The 10 Best Airbnb Spaces In Beirut - [more]
By: Heather Jaber
Date: Tuesday, August 30, 2016

A few years ago, Beirut was late to the Airbnb game. There were only a couple spots here and there that offered lodging for travelers, and even then, they were mainly outside the city. Now, there are hundreds of beautiful apartments in central locations which offer affordable costs and lodging experiences which might rival other Airbnb hotspots, like Berlin. Here are a few of the best spaces in Beirut—foreigners and locals alike can spend a few days in some of the best spots the city has to offer.

N.B. Click the headline to visit the page for each individual apartment.


1. Upcycled paradise



This flat has all the character and charm of a designer’s home. Handmade items in the way of décor and furniture give this space a quirky and trendy feel. Modern meets vintage in this upcycled haven, offering funky remnants from the past brought to the now. The rooftop also has a crazy installation of doors and window shutters, a perfect conversation piece for parties and gatherings.


2. Cozy rooftop studio



Even though this is a studio, the view and décor make up for the size. A cutout of a beach scene makes the room appear larger than it is, adding some depth and life to the space. The rooftop terrace has tables and benches perfect for coffee or dinner with a view. Its location near Mar Mikhael also means that all the great pubs and restaurants are within walking distance.


3. Beirut sanctuary



The deep browns and orange hues make this space feel like a big, cozy den. A more sophisticated, refined traveler would snatch up this space, as it offers the perfect place for intimate dinner parties and some evening reading by the fireplace. There’s even a sauna for some extra relaxation time.


4. Authentic Achrafieh pad



If you really want to get an idea of what traditional Lebanese living is like, take a step into this Achrafieh space. High ceilings, paisley bedspreads, oriental rugs, and retro paintings combine to make this feel a lot like Beirut in the 70s. It’s not flashy, but that’s what makes it cool.


5. Charming Beirut villa



There’s something a little rustic and a little modern about this 1906 villa, adjectives which are quintessentially Beirut. Industrial iron beds contrast stylish walls with unfinished paint and living room furniture which is quite simple. The two-story building nestled in the heart of Beirut is understated but charming in its own right.


6. More than a vintage apartment



This spacious apartment offers not only high ceilings and colorful décor, but a twinkle-light garden rooftop for all kinds of intimate gatherings or crazier parties. The balconies offer seating with a view and give an open, spacious feeling to the apartment. Framed New Yorker posters and yellow hues give this space a retro feel. White walls mean that the colorful furniture and knickknacks pop and breathe fresh life into the space.


7. 1940s designer’s flat



Walking into this open flat, there’s no doubt that it was designed with care and attention. Crazy chandeliers, curtains, and artwork create an eclectic mix of colors and patterns which work great together. The charm of an authentic Beirut apartment shines through, with high ceilings and windows which offer a steady stream of natural lighting.


8. Badawi loft



If you’re looking for a beautiful, open flat with natural lighting and tasteful décor, this is the one for you. The layout makes this spot very pleasing to the eye, leading guests seamlessly and organically from living area to bedroom. With a mix of oriental, industrial, and modern design, you get the best of all worlds. The retro but modern kitchen alone will have even the worst cooks trying to whip up meals for guests. An awesome window-paned wall leads to a private balcony in the bedroom and is surely inspiring to wake up to.

9. Artist loft



This place is a bit of a splurge, but a look at it will explain why. Located in Jisr El Wati, this loft looks more like it’s situated in New York. It has a minimalist design, implemented by renowned architects. It’s located in a hub of creativity, next to Ashkal Alwan, Beirut Art Center, and Station, offering endless options for musical performances, talks, and art exhibitions.


10. Mediterranean loft



This one is another splurge, but if you feel like a gorgeous, spacious flat with a view of the sea, this is the one for you. Concrete columns and funky art create just the right touch of minimalist and retro. Light floods in from the open terrace, offering a bright and natural feel to the concrete space. If you have the cash to spend, this is a space worth checking out.

...
Lebanese Beauty Becomes the Face of Kinder Middle East - [more]
By: World News
Date: Friday, August 26, 2016

You cannot pass by Mikaella and not notice her.

 

Her exceptional beauty and her blue eyes captured not only the eyes and hearts of those who have met her in person, but also the attention of worldwide companies like Gap, and Kinder!

 

 

Beiruting.com conducted a small talk with mommy Jihan, from which Mikaella probably earned her remarkable Sky-Blue eye color.

 

1-Who discovered Mikaella?


I have encountered many people who kept telling me since she was still a baby how beautiful she was and how capturing her eyes were. So I decided to let her enter the 'Gap Kids' competition. The competition revolved around the concept of earning the highest number of votes. Mikaella was one of the lucky finalists and earned 1000+ votes among thousands of kids who earned around 500 votes max making her the face of Gap Kids 2014

 

 

2-How did she enter the Kinder competition?


After the Gap Kids competition, I sent Mikaella's picture to the official Kinder page as they organize each year their annual competition to choose the face of Kinder. I was amazed by receiving a reply from them admiring her beauty and they wished us good luck. Then few months later, I received a call from Dubai asking me to bring her down for a photo-shoot for she has been chosen as the face of Kinder Middle East 2016/2016.

 

 

3.Was her now famous Kinder picture part of the photoshoot?

 

Honestly no, it was one of many pictures we took of her on her 5th birthday viewing the theme was Kinder. So I took the pictures and uploaded them on her personal Instagram page which I run for her.

 

 

4-How do you picture Mikaella's future in modeling?


Honestly, all that I did was creating beautiful memories for my daughter. I am not seeking any revenues in return I just want her to have fun and look back when she's older to those beautiful flashbacks. If she wishes to pursue a career in modeling I am not to stop her, it's her choice in life if she wants to keep modeling or not.

...
The Sidon International Festivals are back! - [more]
By:
Date: Monday, August 22, 2016

After years of being dormant, the Saida Festivals are back with an amazing array of events and activities. The festivals committee, headed by Mrs. Nadine Kaiin Al-Amin, launched its program on Wednesday August 17 in the presence of Minister of Tourism Michael Faroun, MP Bahia Hariri, MP Foaud Sanyoura, MP Dr. Michael Moussa, Mayor of Saida Mohammad Soudi, as well as other major city figures, heads of organizations and pianist Guy Manoukian. The committee announced its program of activities and events to be held during the month of September 2016. The program includes a Touristic Day in Saida including lunch on Sept. 4th, a musical concert by Superstar Nancy Ajram on Sept. 16th, a musical concert by virtuoso Guy Manoukian on Sept. 17th, and finally an outdoor "Saida in Color" activity day on September 25th . Tickets are already on sale at Virgin Ticketing, Ittihad Bookshop in Saida and The Spot in Nabtiyeh. ...
Tripoli, belle de jour - [more]
By: Mira TFAILY
Date: Thursday, August 18, 2016

Observer
Lorsque Tripoli se dévisage, c'est sa foule alanguie, ses promeneurs affairés et tous ses observateurs qu'elle regarde en miroir. Énigmatique et langoureuse, la ville est en elle-même une invitation à la flânerie ; elle a inspiré l'ONG Frame, en collaboration avec Nahnoo et le programme de municipalité participative. Le temps d'une journée, une soixantaine de curieux se sont éparpillés dans les ruelles afin de capturer les instants capiteux qui, plus que ses monuments, définissent la ville.

Les photos sont ensuite classifiées par thèmes à travers l'application Frame, qui révolutionne la façon dont chaque individu appréhende son lieu de vie. « Inspirée par la ville de Beyrouth, Frame a été fondée en 2013 avec le but de mobiliser des communautés pour documenter la ville. Nous voulions engager les gens dans leur environnement urbain, qui change à une vitesse effarante et où les citoyens ont rarement le pouvoir d'influencer le développement de leurs communautés. Nos désirs étaient simples, découvrir la ville, la regarder sous un nouveau jour, apprendre à l'appréhender et, dans ce processus, en apprendre plus sur nous-mêmes », explique Mehgan Abdelmassih, le directeur du programme.

Il s'agit donc de définir et documenter un lieu en fonction du regard d'un instant que ses habitants ou ses visiteurs portent sur lui ; une vision qui résonne avec Beyrouth et Tripoli, et leurs environnements urbains fragmentés.

 

Capturer
La documentation photo participative séduit de plus en plus la jeunesse libanaise ; Frame avait déjà coorganisé un autre marathon sur le thème des bus beyrouthins. « Les Libanais veulent communiquer d'une façon créative, qui ait un impact et un message constructifs. Tripoli est la plus grande ville libanaise après Beyrouth. Les habitants voient la ville différemment de ceux qui la regardent à distance.

Comment peut-on donner une opportunité créative aux deux groupes de communiquer ? La réponse est dans le Tripoli Photo Marathon. Cette idée se répand parce que la photographie présente un langage accessible et populaire. Sur les réseaux sociaux, nous sommes tous photographes ; à travers la plateforme Frame, nous canalisons les énergies des différentes communautés et leur vision dans des thèmes fédérateurs. » En exposant, récompensant et en assemblant ainsi les histoires plurielles des artisans, des échoppes, des alcôves, les photographes capturent ce qui constitue la ville : son chaos familier, son essence et son souffle.

 

(Pour mémoire : Beirut Photography Marathon, 12 heures, 83 photographes, 1 200 photos)

 

Changer
Cependant, le marathon n'a pas qu'une visée esthétique et documentaire. En collaboration avec le programme participatif des municipalités et Nahnoo, Frame cherche à influencer organiquement la prise de décision urbaine. « Frame permet aux Tripolitains de communiquer visuellement avec leur municipalité et de partager la façon dont ils comprennent la ville, en documentant les défis sociaux et urbains qu'ils rencontrent au quotidien. C'est une manière innovante et alternative de créer une participation publique dans la prise de décision et de renouer le lien avec les élus en utilisant un outil visuel.

Au Liban, les citoyens ont peu d'opportunités de participer à la vie publique et d'être actifs dans le processus de prise de décision. Après le marathon, le Tripoli Photo Forum utilisera les photos comme terrain de discussion entre les citoyens et les élus municipaux », poursuit Mehgan Abdelmassih. Plus qu'une invitation à la promenade, il s'agit donc de jeter d'innombrables pavés colorés dans la mer azur de la côte, en espérant que l'un d'eux fasse surface et bouleverse le désordre immuable.

...
Beirut Tops The Best International Cities for Food - [more]
By: World News
Date: Tuesday, August 16, 2016

No matter where in the world youre traveling, youre going to eat. And if you plan to make that a very important part of your trip (which we suggest you do),consider heading to one of the worlds best cities for food.

 

No. 1 Beirut, Lebanon

Lebanons capital city, Beirut, is having a bit of a cultural renaissanceand its not just new museums like the striking Ashti Foundation that have attracted international attention. Theres arguably no better way to sense the friendliness and enthusiasm of Beiruties than by enjoying fresh a meal at Tawlet, a fantastic Lebanese restaurant in the hip Mar Mikhael neighborhood (order goat tartare and the unusual mountain specialty, hrisset akkub: a lamb porridge with wild thistle). Even breakfast here is exciting: order Al Soussis fatteh, a traditional dish of toasted pita, chickpeas, yogurt, and pine nuts.

 

2. San Sebastin, Spain

 

3. Paris, France

 

4. Florence, Italy

 

5. Bologna, Italy

 

6. Rome, Italy

 

7. San Miguel de Allende, Mexico

 


8. Chiang Mai, Thailand

 

9. Barcelona, Spain

 

10. Bordeaux, France

...
Carnet de voyage au Liban pour des vacances chez l'habitant - [more]
By: Bérénice Debras
Date: Tuesday, August 09, 2016

Reportage entre montagnes et mer, cépages et cèdres dans différentes maisons d'hôtes, plus chaleureuses les unes que les autres. Nos bonnes adresses à Beyrouth, Batroun ou Douma.

Une limonade fraîche sous un bougainvillier, un petit-déjeuner les pieds dans les vignes, un manouché à une table… C'est de « l'intérieur », au fil des rencontres, que le pays du Levant se livre le mieux aux voyageurs. À Beyrouth, le réalisateur trentenaire Samer Ghorayeb n'a de cesse de filmer les bâtiments juste avant leur démolition. Ils font place à un paysage à la verticale, rêvé par les spéculateurs immobiliers. Les belles façades d'hier, lézardées par le temps et les cicatrices de guerre, semblent pleurer dans le tumulte des bulldozers. Un patrimoine part en poussière, très vite. À sa façon, Samer mène un travail d'archive en figeant ce Beyrouth en pleine mutation sur sa caméra. Pour éviter un sort tragique à l'immeuble années 30-40 de son grand-père, il a ouvert quatre chambres d'hôtes en-dessous de son appartement.

Chambres d'hôtes et galeries d'art

« C'est une forme de résistance » dit-il. Dans le vibrant quartier Mar Mikhael, Baffa House est un havre de paix caché derrière un rideau de bougainvillier et de vigne. Une photo noir et blanc montre un mouton en train de brouter près de la maison. Qu'il est loin le temps où Beyrouth comptait nombre de jardins et d'espaces verts ! De cette époque, il reste les meubles des Baffa, revampés et remis au goût du jour. Le matin, Diva, la maman, prépare un petit-déjeuner légendaire. Baffa House est une histoire de famille. Aussi, y poser ses valises c'est les remplir de récits et d'impressions, mais pas seulement. Samer partage avec ses hôtes ses lieux préférés, hors des sentiers battus, dévoilant un Beyrouth méconnu. À commencer par le rez-de-chaussée, loué à Makan, un restaurant doublé d'une galerie d'art. Aux murs, des œuvres de jeunes talents et, dans les assiettes, des spécialités libanaises à midi et une cuisine Sri Lankaise le soir. Pas de carte, ni de menu et encore moins de prix. L'addition ? On l'estime soi-même en laissant à son bon vouloir. Tony Sfeir, le patron à la belle tignasse et moustache grisonnantes, a plus d'un tour dans son sac. On en profitera pour papoter avec lui et tirer un long fil rouge menant à ses autres lieux : une cave à vin au coin de la rue, une seconde table et plusieurs galeries d'art et librairies Plan BEY. Bien évidemment, ces arrêts n'excluent pas un tour sur la Corniche, le cœur battant de la ville, une visite au Musée Sursock récemment rénové ou encore au Beirut Art Center par exemple.

Le Chouf, entre biosphère et vieilles pierres




Laissons l'énergie frénétique et envoutante de Beyrouth, ses klaxons stridents et ses embouteillages pour la montagne du Chouf à une petite cinquantaine de kilomètres de là. La route y serpente dangereusement entre les oliviers et les pins parasols. Mieux vaut parfois fermer les yeux devant la conduite sportive (ou inconsciente ?) des locaux. Deir El Qamar (« le couvent de la lune ») est enfin en vue. Sous le soleil, les pierres de l'ancienne cité des émirs prennent une couleur miel. C'est un musée en plein air articulé autour d'une mosquée du XVIème siècle, la première du Mont-Liban, et d'une succession de palais. L'un d'eux accueille un insolite musée de cire (Musée Marie Baz) à quelques pas de l'ancien souk de la soie dont les murs semblent encore vibrer sous le chatoiement des étoffes d'hier. Le souk et les voutes du Kharj (la caserne du sérail) abritent désormais l'Institut Français. Se perdre ensuite dans les ruelles sinueuses et piétonnes, pleine de charmes, où les maisons sont au touche à touche – les toits rapprochés, dit-on, devaient faciliter la fuite éventuelle des habitants en cas d'attaque.
D'autres toits emprunteront plus tard la mode venue de Toscane, se coiffant de tuiles rouge, au retour de l'émir Fakhreddine II (1572- 1635) exilé un temps chez les Medicis. Dans le village voisin de Beit-el-Dine, à 900 mètres d'altitude, nouvelle surprise. Le palais du début XIXe siècle, construit par l'émir Béchir II Chéhab, brouille les styles architecturaux, rappelant Grenade ou Tolède. La légendaire hospitalité libanaise s'inscrit dans les pierres, dans un long bâtiment autrefois dédié aux voyageurs de passage. Selon la coutume, les étrangers étaient invités pendant trois jours sans avoir à décliner leur identité ! Derrière un autre mur, c'est une enfilade de salons élégants et, caché, un hammam de toute beauté. Cette finesse rompt avec le paysage que l'on devine aride et rugueux. À plus de quarante minutes de là, la grande réserve du Chouf déroule 250 kilomètres de sentiers de randonnée dont une partie dans la forêt de cèdres, l'emblème du Liban. Alors, ces paysages au bord des yeux, on s'endort à Beit El Qamar, une maison d'hôte à l'écart du monde. La nuit, quelques crapauds brisent le silence des montagnes. L'odeur d'un gâteau au chocolat remonte les escaliers et chatouille les narines jusque dans le lit. Beit el Qamar appartient au réseau du Souk El Tayeb dont le but est de rassembler les habitants d'un pays longtemps divisé autour de la cuisine, tout en impliquant des femmes.

D'autres toits emprunteront plus tard la mode venue de Toscane, se coiffant de tuiles rouge, au retour de l'émir Fakhreddine II (1572- 1635) exilé un temps chez les Medicis. Dans le village voisin de Beit-el-Dine, à 900 mètres d'altitude, nouvelle surprise. Le palais du début XIXe siècle, construit par l'émir Béchir II Chéhab, brouille les styles architecturaux, rappelant Grenade ou Tolède. La légendaire hospitalité libanaise s'inscrit dans les pierres, dans un long bâtiment autrefois dédié aux voyageurs de passage. Selon la coutume, les étrangers étaient invités pendant trois jours sans avoir à décliner leur identité ! Derrière un autre mur, c'est une enfilade de salons élégants et, caché, un hammam de toute beauté. Cette finesse rompt avec le paysage que l'on devine aride et rugueux. À plus de quarante minutes de là, la grande réserve du Chouf déroule 250 kilomètres de sentiers de randonnée dont une partie dans la forêt de cèdres, l'emblème du Liban. Alors, ces paysages au bord des yeux, on s'endort à Beit El Qamar, une maison d'hôte à l'écart du monde. La nuit, quelques crapauds brisent le silence des montagnes. L'odeur d'un gâteau au chocolat remonte les escaliers et chatouille les narines jusque dans le lit. Beit el Qamar appartient au réseau du Souk El Tayeb dont le but est de rassembler les habitants d'un pays longtemps divisé autour de la cuisine, tout en impliquant des femmes.

La montagne côté mer

La route, encore. Cette fois elle descend vers la mer, tortueuse comme un serpent, file vers la ville de Batroun pour remonter dans un paysage encore vierge. L'urbanisation galopante n'a pas encore rattrapé cette garrigue locale. Où va-t-on ? Aux Terrasses Abdelli. En 2007, le neurochirurgien Nabil Okaïs se lance dans une longue randonnée qui le conduit dans ces montagnes surplombant la Méditerranée. Coup de foudre immédiat – mais qui ne l'aurait pas ? Dans la broussaille, quelques pierres grises oubliées racontent l'abandon d'un village suite à la famine de 1915-1918 – qui tua, selon les sources, près de 200.000 personnes – et aux guerres. Abdelli ne s'en est jamais vraiment remis. Alors, porté ou déjà habité par les lieux, Nabil se lance à la poursuite des héritiers pour acquérir des parcelles et faire revivre le village. Il rénove une maison du XIXe siècle d'où l'on entend, la nuit, les chants de coyotes rebondir de collines en collines. Avec son fils, le chaleureux Karim, il imagine trois chambres-bungalows et une table d'hôte pour en faire un lieu d'échanges. Des rencontres de philosophie sont organisées, donnant naissance à une publication,Alcinoé. La maison s'entoure d'oliviers et de vignes. « Mon père en rêvait » avance Karim. « Nous avons planté 4 000 pieds et produisons notre vin.

Les vignes de Maher

Au Liban, l'intérêt du vin est croissant depuis ces dernières années. Notre but est de créer des petits vignobles de grande qualité. » Aussi, au petit matin, à moins de 30 minutes en voiture et au bout d'une route en lacet, Karim réserve une belle surprise. Maher Harb, et sa compagne Lara Khoury, la soixantaine à eux deux, ont dressé une table féérique à l'ombre d'un chêne, dans les vignes, au milieu de nulle part. Tout est là pour ce petit-déjeuner libanais si poétique, du markouk (pain très fin) au zaatar, en passant par les olives et le fromage local. Sans oublier les œufs que Maher fait cuir au feu de bois. Le bonheur ? Il est bien là ! Maher en est convaincu aujourd'hui alors qu'il le cherchait il y a quelques années encore dans les grandes villes, en France et en Arabie saoudite. Troquant son costume de consultant pour celui de viticulteur, il produit désormais son propre vin, « Sept » (comme son tatouage), sur le terrain de son père à 950 mètres d'altitude. Un beau retour aux sources. Et dire que ce joueur de rugby a découvert le vin après un match en France !

Douma, le village traditionnel

C'est à Douma, en partie, que Nadine Labaki a tourné le fimEt maintenant on va où ? Un vieux souk (une rue commerçante), des églises (l'église grecque catholique collée à l'église orthodoxe), une charmante place…

Quitter ce lieu bucolique est un déchirement. Sur les hauteurs de Batroun, Douma est un village traditionnel de 800 âmes (4 000 l'été) entouré d'oliviers plusieurs fois centenaires. Un coup de vent et la ville entière embaume le genêt. C'est ici, en partie, que Nadine Labaki a tourné Et maintenant on va où ?, une comédie tragique se déroulant pendant la guerre où les femmes excellent pour faire taire les armes de leurs maris. Un vieux souk (une rue commerçante), des églises (l'église grecque catholique collée à l'église orthodoxe), une charmante place… Au XIXe siècle, Douma battait le fer – grâce à l'extraction des mines de fer toute proche – et vivait de son souk, placé à un carrefour entre le littoral et les hautes terres. Le village a gardé de très beaux restes.
Beit Douma est l'une de ces maisons cossues dont la partie la plus ancienne remonte au XVIIIe. Reprise pour vingt ans par Kamal Mouzawak, le fondateur du Souk El Tayeb, il tente comme Samer (Baffa House), Nabil et Karim (Terrasses Abdelli) de valoriser et de sauver le patrimoine. Sous ses mains, cette bâtisse retrouve l'ambiance d'une maison de famille, hors du temps et des tendances où, d'emblée, on se sent bien. La décoration est un rêve d'Instagramer, mêlant le bric et le broc à des petites perles dont ces toiles textiles du XIXème. Un rien habille les pièces, un suzani chiné ou un bouquet gigantesque aux herbes folles posé sur une chaise, elle-même posée sur la table du petit-déjeuner. Dans la bibliothèque et salle à manger, les tiroirs sont remplis de DVD (à regarder sur le rétroprojecteur) ou de jeux de société qui rappellent ceux d'une grand-mère aux nombreux petits enfants. Le temps semble suspendu. L'occasion de prendre un cours de cuisine avec Anama ou de bouquiner un livre de la bibliothèque, dehors dans les chaises longues. La simplicité de l'art de vivre et les petits plaisirs se retrouvent en croquant un abricot juteux, en sirotant de l'eau au sirop de rose ou en goûtant un gâteau de la mère de Sarah qui emplit la maison de son sourire… « Ici, on arrête les faux semblant. On « est » et on « vit ». Dans une maison, il n'y a pas de logo sur les serviettes, pas de réfrigérateur dans les chambres » avance Kamal Mouzawak tout en coupant quelques roses du jardin. La nuit est douce, forcément, malgré le réveil par des coups de feu au loin. Mais quelle folie de ne pas s'être penchée à la fenêtre ! Un feu d'artifice pétillait dans le ciel à… trois heures du matin ! On l'apprendra le lendemain autour du four à bois traditionnel devant le manouché (galette de pain). Peu importe, on se régale avec le zaatar, le goût du Liban sur les lèvres.

...
مارسيل خليفة - [more]
By: وطنية
Date: Monday, July 25, 2016

مارسيل خليفة في سهرة لا تنسى بين الغناء والعزف والشعر ضمن مهرجانات البترون

وطنية - تتواصل فعاليات مهرجانات البترون الدولية على مسرحها عند مرفأ الصيادين عند شاطىء المدينة، وقد استضافت البترون في ليلة مميزة الفنان مارسيل خليفة في سهرة استقطبت جمهورا قصد المدينة من كافة المناطق اللبنانية للاستمتاع بليلة لا تشبه سواها.

أطل مارسيل ورحب بالحضور الشعبي والرسمي الذي تقدمه وزراء الاعلام رمزي جريج، الخارجية والمغتربين جبران باسيل، السياحة ميشال فرعون والثقافة ريمون عريجي. ووجه خليفه رسالة حب وسلام، أطلق بعدها العنان لعوده ولصوته ليقدم أجمل ما يتضمنه أرشيفه الغنائي وجديده الفني، فبدأ بمعزوفة "أندلس الحب" من ثم غنى "ريتا"، ليتحول معها الجمهور الذي غصت به مدرجات مهرجانات البترون الدولية إلى كورس يردد معه الأغاني التي حفظها. وعند بدء أغنية "منتصب القامة أمشي"، ارتفعت أصوات الجمهور لتمتزج بصوته وتعيد إلى الاذهان فنا لم يعد يسكن إلا بين أوتار عود عاصر مارسيل خليفه وفناني جيله.

وضمن خليفه سهرته أكثر من رسالة منها سياسية ومنها فنية واجتماعية، داعيا الى "العودة للمحبة والسلام والابتعاد عن الحروب".

ورافق خليفة فرقة موسيقية وابنه رامي على البيانو ليقدموا بالإضافة إلى الأغاني، مقطوعات موسيقية مأخوذة من ألبوم مارسيل الجديد "أندلس الحب"، ولم يكتف خليفة بالغناء والعزف فكان يتوقف في بعض الأحيان ليلقي شعرا.

كما قدم خليفة للبترون أغنية "عصخرة المينا" التي كتب كلماتها الفنان جورج خباز الذي كان حاضرا خلال الحفل
...
Caracalla premiers its latest show in Baalbek - [more]
By: Tamara Blanche
Date: Monday, July 25, 2016

The Baalbeck International Festival inaugurated its 60th year Friday night with Ivan Caracalla’s colorful musical “Sailing Through Time,” playing to a full house on the steps of the Bacchus Temple.

Friday evening’s performance at the Baalbeck International Festival marked the world premiere of “Sailing.” The set design was minimal – simple, culturally significant props were supplemented by moving panels, which acted as screens upon which lights and images were projected.

The cast is comprised of over 100 artists from Lebanon, Spain, Ukraine, China and the UAE. After a brief multi-lingual introduction, the show was entirely narrated in Arabic.

The work tells the story of Taymour, a Baalbek native who in the prime of life sets out along the Silk Road in search of China. As his journey continues, the message of the work becomes clearer – the extent of commerce’s impact on culture.

Taymour leaves his “city of the sun” (Heliopolis) in order to “sail through the seas of time.” Taymour is simply looking for a maritime trade route for his goods in order to provide his family with a living, but en route he also participates in multiple exchanges of ideas and culture.

These scenes are marked by a change in costuming, graphics, music and language.

The “story” recounts a history of the Silk Road Arab – spanning the Middle East and North Africa, Iran and Asia Minor – the site of the Arab conquests and the conquest of Arabs alike, until finally reaching China. The geographical scope of the story evokes the trade during the Golden Age of Islam, which spanned those same regions

Drawing on the rich cultural heritage of the places, people and times it visits, the story is meant to be a contemporary twist on tradition.

Choreography and narrative suggest a depoliticized view of the intercultural exchanges that have marked Arab history. The production aims to embrace cultural diversity – a “one human being, one world” mantra echoes throughout – and transcend time, space and culture.

Complementing the pageantry of movement and costuming were readings of poetry by such cultural icons as Omar Khayyam and Rumi – further reflecting the context, storyline, characters and message.

Founded by Baalbek-born Abdel Halim Caracalla in 1970, the Beirut-based Caracalla Dance Theater has long been known for merging Arab and Western technique. The troupe had its international debut in Osaka, Japan, in 1972. Since then, it has staged with over 14 productions in major cities such as Paris, London and Washington DC.

Some of its more-recent productions have been “Zayed and the Dream,” about feted UAE leader Zayed bin Sultan al-Nahyan, from 2011, and “Kan Ya Makan,” from 2014, a set of three scenes, inspired by “Alf Layla wa Layla” narrator Scheherazade, Bolero and Lebanese folklore, respectively.

“Sailing Through Time” is expected to tour the world in the next year.

The spectacle closed with a homage to the festival itself, in which Abdel Halim Caracalla had participated. With a montage of archival footage of the opening night of the first Baalbeck festival, projected while the troupe performed a routine of traditional Arabic songs, members of the crowd and the security forces joined in the dance.

...
Le village préféré des Libanais : #10 Yammouné, d'herbe et d'eau fraîche... - [more]
By: Nour BRAIDY
Date: Saturday, July 23, 2016

Sur le chemin vers Yammouné, les champs de haschich s'étendent à perte de vue. Il est difficile de ne pas penser à la crise du haschich qu'a connue cette localité de la Békaa en 2012. À l'époque, des clashs avaient éclaté entre des agriculteurs et les forces de l'ordre qui tentaient de détruire leurs champs, en application de la loi. Mais en vain.

Aujourd'hui encore, le cannabis est la source première de revenu des habitants de Yammouné. Il faut dire, à leur décharge, que les promesses de l'État d'assurer des ressources à cette localité et à d'autres de la région à partir de cultures alternatives sont restées lettre morte. Cependant, la terre de Yammouné recèle d'autres richesses, que le président du conseil municipal, Talal Chreif, entend bien mettre en valeur pour attirer les touristes.

Niché en contrebas du mont Makmel, le village s'étend sur une plaine qui, au loin, apparaît parsemée de maisons et d'arbres. Au fur et à mesure que l'on s'en approche, les points d'eau se dévoilent, nombreux. Ils donnent une fraîcheur particulière à l'atmosphère.
Les ruelles mal organisées confèrent un certain charme au village, bercé en permanence par le murmure de l'eau et dont les habitants, 1 500 au total, appartiennent tous à la famille Chreif. Ils vivent les uns chez les autres, les portes des maisons grandes ouvertes. Le point central de Yammouné est un petit lac entouré de peupliers qu'un vent léger caresse en permanence pour créer cette symphonie que seul le bruissement des feuilles peut composer. Le mot Yammouné vient d'ailleurs du mot yam qui signifie petit lac en syriaque.

Sirop de ribas et truites
Grâce au mont Makmel, où culmine le pic de Qornet el-Saouda, le plus élevé du Liban et du Moyen-Orient, plus de 40 sources d'eau irriguent Yammouné au moment de la fonte des neiges.
« Cette montagne est un réservoir d'eau ! » assure Talal Chreif. Installé dans son jardin, il respire à pleins poumons l'air pur alentour et se tait un moment pour écouter le bourdonnement de la petite rivière qui passe derrière lui. « L'eau est une richesse que Dieu nous a donnée. Contrairement aux autres villages de la Békaa, le nôtre abonde en eau. » C'est la rivière Arbaïne qui est la principale source de l'or bleu de la localité. Si l'hiver a été rude, l'eau jaillit des roches du mont Makmel de mars jusqu'en juin, sinon juillet.
À la source de l'Arbaïne se trouvait un temple romain qui a été détruit par les tremblements de terre successifs. Il y a quelques années, une statue de Vénus entourée de deux sphinx avait été mise au jour. Elle trône aujourd'hui au musée de Baalbeck. Dans un jardin public aménagé par la municipalité de Yammouné, certaines pierres repêchées ont été regroupées. « Mais malheureusement, le gouvernement ne nous a jamais aidés pour faire davantage », souligne M. Chreif.

Les habitants de Yammouné sont tous chiites à l'exception d'une famille chrétienne. Dans le village, une église et une mosquée se côtoient presque. Pour y accéder, il faut emprunter des petites ruelles où seul le vrombissement d'une vieille voiture vient troubler le silence. Ali Chreif habite juste à côté de l'église. « Elle fait partie de nous. Elle a pour nous la même valeur qu'une mosquée : nous l'entretenons, et le dimanche, elle est prête pour la messe », assure-t-il. C'est d'ailleurs sa fille qui en détient les clefs. « J'habite juste en face. Alors, lorsque les chrétiens viennent à l'occasion des fêtes, je leur sers du café et du jus », raconte-t-elle.

Dans toutes les cuisines des habitants de Yammouné, on prépare le même sirop qu'on sert aux visiteurs : le ribas. Il s'agit de la rhubarbe locale qui pousse en hiver dans le village.
Autre spécialité de Yammouné : la truite, élevée dans l'eau douce du village. Naji Chreif a construit son restaurant à l'ombre des arbres, à proximité d'un bassin où des truites de culture s'agitent avec langueur. « Je pêche le poisson dès que le client arrive, puis je le fais griller, j'ajoute du citron et il est prêt à être servi ! » explique, enjoué, le propriétaire du restaurant. « Nous sommes connus pour le poisson que nous servons, qu'il soit grillé, frit ou cuisiné en sayadiyé, le poisson est frais, il vient directement de la rivière. »
On trouve deux autres restaurants à Yammouné, ainsi qu'un hôtel. Et c'est de vendredi à dimanche qu'ils sont le plus fréquentés.

 

L'eau et le barrage
Ce sont la nature verte de Yammouné et son air pur qui attirent les touristes. Souvent, en été, le village est visité par des campeurs ou des randonneurs. Ces derniers font la marche jusqu'aux Cèdres ou même jusqu'à Aqoura, de l'autre côté de la montagne. « Moi je suis là été comme hiver. Lorsqu'on est bien équipé, c'est un pur bonheur que de s'installer devant la cheminée et de manger des châtaignes grillées », raconte le président du conseil municipal, le sourire aux lèvres. « Pendant l'été, je ne vais certainement pas préférer la vie à Beyrouth avec son air pollué et son brouhaha à la quiétude de mon village. »
Talal Chreif se décrit comme étant « un fils de tribu ». « Nous sommes généreux avec les invités et nous aidons sans hésiter ceux qui sont dans le besoin. » Pour que son village soit de plus en plus prisé par les touristes, Libanais ou autres, il a des idées plein la tête. Elles s'articulent toutes autour d'un projet majeur : le barrage de Yammouné.

« Il y a longtemps, se trouvait à Yammouné un énorme lac de 4 km de longueur et 2 km de largeur. Sous le mandat français, presque tous les villages voisins étaient désertiques. Les Français avaient alors décidé de creuser un tunnel pour acheminer l'eau du lac vers ces localités et les irriguer », explique-t-il. Selon lui, aujourd'hui encore, 42 villages de la Békaa vivent grâce à l'eau de Yammouné.
Mais depuis, le lac de Yammouné s'est asséché, et le gouvernement est aujourd'hui en train de construire un barrage qui doit être prêt en 2017. Tout autour, M. Chreif souhaite aménager des jardins et installer des caravanes équipées pour les campeurs qui pourront s'adonner à des activités nautiques.
La municipalité, de son côté, réhabilite un ancien moulin à eau. Sur ses vieilles pierres est gravée l'année 1902. Bientôt, il sera à nouveau fonctionnel ...

 

Votez ici

 


Comment y accéder

Yammouné est à 35 km de Baalbeck, 120 km de Beyrouth et 20 km des Cèdres.
De Beyrouth, prendre la route de Damas jusqu'à Chtaura, puis direction nord vers Deir el-Ahmar.
Du Nord, prendre la route des Cèdres vers Aïnata et tout droit vers Yammouné.

À ne pas rater

Faire des randonnées et camper dans les environs du village.
Manger des truites d'élevage.
Goûter au sirop de Ribas.


Fiche technique

Nombre d'habitants : 5 000 en été et 1 500 en hiver
Altitude : 1 550 mètres
Président du conseil municipal : Talal Chreif, 03 227 669
Où dormir :
Hôtel Yammouné : 08 310 250
Où manger :
Restaurant Naji : 71 440 637
Restaurant Casion Yammouné : 76 689 600
Restaurant al-Bourj : 03 567 555
Climat : très froid en hiver. La neige peut atteindre les 2 mètres de hauteur. Frais en été.

...
Le village préféré des Libanais : #9 Sarafand, le réveil d'une cité mythique - [more]
By: Julien ABI RAMIA
Date: Friday, July 22, 2016

Prospère cité artisanale du temps des Phéniciens, située entre Saïda et Tyr, Sarafand, Sarepta de son nom phénicien, occupe une place particulière dans les religions abrahamiques. Longtemps relégué au second plan, cet héritage reprend vie sous l'impulsion d'acteurs locaux.


Située en bordure de l'autoroute reliant Beyrouth et Saïda à Tyr, Sarafand ressemble au premier abord à d'autres localités de la région, relativement épargnée par l'urbanisation sauvage. Bâtie à l'origine sur le littoral, son extension moderne s'est progressivement étendue sur les collines alentour.
Nichée dans un écrin naturel avantageux faisant la part belle à la pêche et à l'agriculture, Sarafand est aujourd'hui une agglomération à dimension humaine avec ses petits commerces et ses habitants chaleureux. Un village au nom mythique, dans lequel on ne soupçonne pas l'existence de trésors d'histoire.
Sarafand doit ses lettres de noblesse à la fabrication du verre, artisanat dont la confrérie des Khalifé, la plus grande famille de la localité, est la dernière représentante. Au détour d'une ruelle, une longue allée mène vers deux bâtiments. Sur la gauche, des sacs en jute remplis de tessons et de bouteilles en verre. De l'autre côté, un magasin où sont exposées les nombreuses créations des verriers.


Au bout de l'allée, à l'ombre des grenadiers et des orangers, s'élève un four rudimentaire vieux de 2 000 ans, datant de l'époque gréco-romaine. Deux autres fours sont également installés à l'extérieur. Les Khalifé ont perpétué depuis des générations l'art du travail du verre. Mais, depuis plusieurs mois, ils ne reçoivent plus de commandes. Hussein, le dernier souffleur de verre, multiplie les expositions pour faire connaître sa passion et son métier.
C'est vers le milieu du Ier siècle av J.-C. que les habitants ont mis au point la technique de la canne de verrier, permettant ainsi d'ouvrir à l'infini le champ des possibilités dans le travail du verre, jusque-là utilisé comme une simple matière d'ornement. Cette civilisation marchande et marine a ensuite diffusé cette technique à travers la Méditerranée.


En plus du verre, la pêche est l'autre principal héritage de l'époque dorée de la Phénicie antique. Les nombreux restaurants de fruits de mer et de poisson sont concentrés dans la bourgade voisine de Khaïzarane. Un peu décrépits avec le temps, ces établissements, qui souffrent du manque de clients, conservent néanmoins un charme désuet qui témoigne d'une période prospère, mais révolue. En revanche, les mets sont frais et délicieux.


Tanit / Astarté
À l'extrémité nord de Sarafand, se dresse un tumulus, baigné par une mer turquoise, mais recouvert par une végétation sauvage. Cette bosse naturelle abrite le site archéologique de Sarepta, la seule ville située au cœur de l'ancien territoire de la Phénicie qui a pu être fouillée et étudiée complètement. Des fouilles menées entre 1969 à 1974 par l'archéologue américain James B. Pritchard ont révélé que le site avait été bâti à l'âge de bronze.


Parmi les découvertes majeures sur le site de l'ancienne Sarepta, qui appartenait au royaume de Tyr, le culte de la déesse phénicienne Tanit, figure en haut de la liste. Avant que son culte ne prenne son essor à Carthage, Tanit fut d'abord la déesse tutélaire de Sarepta. Cette divinité, également connue sous le nom d'Astarté, était chargée de veiller à la fertilité, aux naissances et à la croissance.
Les pièces d'industrie métallurgique, les ustensiles servant au travail de la pourpre et les masques de terre cuite, également dégagés sur le site, montrent que Sarepta était un important centre artisanal au IIe millénaire de notre ère. En hébreu, le mot Zarapeth, duquel Sarepta tire son origine, désigne le travail de fonderie. Une signification reprise pour le terme Sarafand, d'origine syriaque.


Aujourd'hui, le site antique trône dans l'anonymat le plus total. Plus aucune structure n'est désormais visible sur les lieux abandonnés sous les broussailles. Seul subsiste un monticule en pierre, errant sur un éperon rocheux. Il s'agissait d'un poste avancé de surveillance, dernier vestige de remparts construits à l'époque des croisades. Il n'est accessible qu'aux clients du Fouad Ville, un complexe hôtelier aux murs défraîchis qui n'ouvre que quelques semaines par an, l'été. Son propriétaire explique que ce site faisait partie du terrain sur lequel il a construit son hôtel.

 

Jésus et Mahomet
Lieu d'importance historique, la ville de Sarafand jouit également d'un riche héritage religieux. Une légende transmise depuis des siècles dans la région dit que Jésus, accompagné de la Vierge Marie, est passé par Sarafand lors de son périple qui l'a mené à Cana, où il avait accompli son premier miracle en transformant l'eau en vin durant des noces qui y étaient célébrées.
Les habitants de Sarafand vous diront que les deux plus importantes figures de la religion chrétienne ont foulé de leurs pieds une bande de plage de sable longue de 500 mètres et située à moins d'un kilomètre au sud du site archéologique de la ville. Aucune référence écrite ne témoigne cependant de la venue de Jésus à Sarepta.


La Bible parle à deux reprises de la cité. Dans l'Évangile selon Luc, Jésus évoque à Nazareth l'épisode de la veuve de Sarepta avec le prophète Élie, racontée dans le Livre des rois, faisant partie de l'Ancien Testament. Élie y accomplit deux miracles : l'abondance de la farine et de l'huile, et la résurrection du fils de la veuve.


Sarafand rend également hommage à deux hauts personnages de l'islam. Sur la route côtière, dissimulé dernière une rangée de maisons bétonnées en forme de cube, le mausolée chiite construit en l'honneur de Khodr (saint Georges), un personnage mystique dans la tradition chiite, héros d'une légende dans lequel il tue un monstre terrible à qui il fallait livrer une jeune fille.
Sur les hauteurs de la ville, s'élève un autre mausolée, celui d'Abou Dhar al-Ghifari, un compagnon du prophète Mahomet, connu pour être l'un des premiers convertis à l'islam.
Les deux mausolées font l'objet depuis plusieurs mois de travaux de rénovation et d'agrandissement. Les habitants sont extrêmement attachés à ces deux personnages, considérés comme les protecteurs de la localité.

 

Votez ici

 

Comment y accéder

Sarafand est à 58 km au sud de Beyrouth, dans le caza de Saïda, au Liban-Sud.
Pour y accéder, prendre l'autoroute côtière en direction de Tyr. Après avoir passé Saïda, rouler 16 km et prendre la sortie Sarafand. Il faut compter moins d'une heure pour y arriver en l'absence de trafic dense.

À ne pas rater

- Visite des fours et du magasin exposant les objets fabriqués par les maîtres verriers de la famille Khalifé. Si le four est en marche, vous pourrez observer les artisans au travail avec leurs cannes à souffler et vous faire conter l'art du verre par des personnes passionnées. Assurez-vous-en auprès de la verrerie.

- Visite du mausolée d'Abou Dhar al-Ghifari. Situé en hauteur de la localité, il offre un point de vue unique sur l'ensemble de la localité. Le bâtiment étant en pleine rénovation, vous pourrez déambuler autour du cimetière attenant.

- N'hésitez pas à vous arrêter dans l'un des nombreux restaurants de poisson et de fruits de mer installés sur le front de mer de Sarafand et aux alentours. Réputés pour leur respect de la tradition et la fraîcheur de leurs mets, ses restaurants ont chacun son identité.


Fiche technique

-Superficie : Près de 10 km carrés

-Altitude : 6% de la superficie de la ville se situe entre 0 et 5 mètres; 42%, entre 5 et 50m; 11%, entre 50 et 100m; 34% entre 100 et 150m; 7% à plus de 150m

-Nombre d'habitants : 18.000 environ, dont 20% âgés de moins de 20 ans

-Président du Conseil municipal : Ali Haïdar Khalifé

-Où dormir
Fouad Ville : 07-750016 ; Mounes Hôtel : 03-826691 ; Orass Hotel & Beach : 07/721690 (le camping ne se trouve pas dans la commune de Sarafand, mais plus haut...)

-Où manger
Zahrat Khaizaran : 07-441052 ; Aarouset Khaizaran : 03-961096 ; Jazirat el-Bahr : 03-325730 ; Elissa : 03-737592 ; al-Chahrour : 03-447416 ; al-Mounes restaurant : 03-826691 ; Fouad Ville Family Club : 03-350016.

-Climat : Le climat est de type méditerranéen, doux à chaud, et humide sur la côte

...
Le village préféré des Libanais : #8 Rachaya el-Wadi, havre de paix au pied du mont Hermon - [more]
By: Caroline HAYEK
Date: Thursday, July 21, 2016

Nous sommes tous un peu de Rachaya el-Wadi. Le village, patrimoine historique de Wadi el-Taym, est l'une des rares localités libanaises pouvant revendiquer la palme du vivre ensemble réussi depuis près de 100 ans, entre druzes et chrétiens. Et la générosité des Rachayotes est légendaire.

Si les historiens ne s'accordent pas sur l'origine de son nom – Rachaya veut dire sommet en syriaque, mais Rishaya, ou tête d'Aya en araméen, viendrait d'Aya, le dieu babylonien, de la pluie et des tempêtes – ceux qui foulent sa terre n'en ressortent pas totalement indemnes.

Sa rue principale de 250 mètres de long, pavée de plus 40 000 pierres taillées à la main, et ses femmes druzes cachées derrière des persiennes, plongent inexorablement le visiteur dans les gravures de l'époque du mandat français.
Au petit matin, le soleil émerge fièrement par-delà le mont Hermon, et vient frapper les toits de tuiles rouges. L'odeur du pain sur le saj et du café moulu fait sortir de son sommeil le plus réticent. Chez Joséphine, le kechek vert mis à sécher profite déjà des premiers rayons. Comme de nombreuses femmes du village, elle fabrique elle-même ses produits fromagers. Des voisins viennent frapper à sa porte en espérant pouvoir repartir avec de la labné de chèvre ou de la ricotta.

À quelques encablures de sa maison, des promeneurs sortent de l'hôtel Bellavista. Le gérant, Michel Zoughaib, dit Mike, ancien producteur de films durant les années fastes de la capitale, était retourné dans son village natal pour y ouvrir une auberge. Un peu plus bas, le village se met en branle. Les producteurs agricoles installent leurs fruits et légumes sur leurs devantures. Le souk s'anime peu à peu, et les premières voitures viennent rompre le voyage dans le temps dans lequel le visiteur était propulsé. Walid Zaki, à la moustache impeccable, attend le chaland. Dans son bric-à-brac, un portrait en plâtre d'Aristote côtoie des sacs en crocodile ramenés par des voyageurs du Brésil, des boucles d'oreilles en falamank ou des assiettes fêlées. Avant de devenir brocanteur, il fabriquait des sobias (poêles), l'un des produits artisanaux qui ont fait la renommée de Rachaya. Les artisans-bijoutiers, eux, continuent de perpétuer le savoir-faire ancestral. L'argent et l'or habillent plus que jamais les vitrines du vieux souk.


Trois pierres chacun...
En contrefort, se dresse la citadelle de Rachaya. Ultime témoin de la face sanglante de la Campagne de Syrie à l'époque du mandat français, mais également des premiers balbutiements de l'indépendance du Liban, ses pierres épaisses et disparates en racontent les intrigues. La gardienne des lieux, Wafaa Zaki, en connaît tous les recoins. Sur des pans de murs, sont disposées ici et là des photographies de visages d'enfants, de vieillards, chrétiens et druzes, ou de personnages politiques qui ont vécu ou foulé le sol de Rachaya. Parfois, des équipes de cinéma y plantent leur décor.

C'est sur des ruines romaines que les croisés vont, au XIe siècle, faire de la forteresse un pivot stratégique, perché à 1 400 mètres d'altitude. Sur la route Damas-Jérusalem, marchands comme pèlerins qui passaient par là ne pouvaient ainsi échapper au contrôle des chevaliers chrétiens. Les galeries souterraines et leurs multiples cachettes témoignent encore de l'ingéniosité de ces chevaliers-bâtisseurs. Un siècle plus tard, les émirs Chéhab en chasseront les propriétaires et réaménageront la citadelle à leur guise. Métamorphose oblige, la bâtisse délaissera le rigorisme architectural des forts croisés pour embrasser le style des palais chéhabiens. À l'époque, chaque villageois se devait d'apporter trois pierres afin de participer à la construction. D'où une certaine dysharmonie curieuse des murs, qui confère au lieu davantage de mystère encore.

En 1920, les Français pénètrent dans la citadelle et prennent le contrôle du village. Mais le soulèvement du Jabal el-Druze , mené par Sultan el-Atrache en 1925, ne va pas tarder à gagner la bourgade. Le 22 novembre de la même année, plus de 400 combattants druzes vont perdre la vie lors du siège de la citadelle. Moins de 20 ans plus tard, celle-ci va être le berceau de l'indépendance libanaise. Dans une pièce froide et sans fenêtre, un portrait de Béchara el-Khoury est posé sur un chevalet. C'est ici même que, le 11 novembre 1943, le président de la République, le chef du gouvernement Riad Solh, Camille Chamoun et d'autres hommes politiques seront emprisonnés par les Français. Quelques jours plus tôt, le Liban se dotait d'un drapeau et déclarait l'arabe langue officielle. Leur libération, 11 jours plus tard, marquera d'un sceau la date de l'indépendance... le 22 novembre !

 

Pèlerinage nocturne
Étape incontournable lors de la visite du village, la citadelle est désormais lieu de rassemblement et de fêtes pour les villageois. Tout comme son souk, qui s'anime l'été lors de dégustations de produits locaux. Quatre églises anciennes se nichent au détour des ruelles. Des messes sont toujours dites dans les deux églises grecques-orthodoxes. L'église syriaque Mar Moussa el-Habachi (XVIIe siècle) n'ouvre que très rarement ses portes. Quant à la grecque-catholique, elle est tristement laissée à l'abandon. Chaque 6 août, la municipalité organise un pèlerinage nocturne au sommet du mont Hermon pour commémorer la fête de la Transfiguration. Cet épisode de la vie de Jésus, relaté dans les Évangiles, fait référence à son changement d'apparence corporelle pendant quelques instants de sa vie terrestre, afin de révéler sa nature divine à trois disciples. Ceci se serait produit sur le mont Hermon. L'ascension du sommet, qui culmine à 2 814 mètres, permet d'apercevoir la Syrie, la Palestine, la Jordanie et même parfois Chypre, selon les dires des habitants. Des initiatives se sont notamment mises en place afin d'inscrire le mont Hermon sur la carte touristique religieuse internationale.

Tous les chemins mènent à Rachaya. Mais il y en a un qui, au crépuscule, sous un chêne multicentenaire, à l'ombre des regards du village et de l'imposant mont Hermon, a tout d'un havre de paix. C'est là que depuis plus de cent ans, les au revoir se font, et les adieux parfois...

 

Votez ici


Comment y accéder

Rachaya el-Wadi se situe dans la Békaa-Sud, à 85 km de Beyrouth.
Compter 1h30, voire 2h, de trajet en voiture en passant par Chtaura, puis à droite vers Jeb Jannine. La route qui passe par Anjar est plus rapide, mais moins pittoresque.

À ne pas rater

La citadelle historique
Le vieux souk
Les églises historiques
Le Festival de Rachaya du 1er au 14 août, entre fêtes de la Transfiguration et de la Vierge, concerts (Amer Zayan, al-Forsan al-Arbaa, etc.), camping sur le mont Hermon, jeux et animations pour les enfants à la citadelle, lâcher de lanternes, balades à vélo, kermesse et feux d'artifice. Pour les détails du festival, contacter Dany Zougheib au 03 502449.
Des randonnées et des sorties en 4x4 sont organisées sur demande, avec la mairie. Contact : Dany Zougheib.
Acheter la mouné, le labné et le fromage de chèvre ou encore le miel de chez Rachaya Gardens, Linda et Farès Fayek, Joséphine el-Hadi Bou Maarouf, Jamal Mahmoud et Nagi Rechrach.
La limonade à l'ancienne de hajj Nicolas Maalouli, café typique à l'entrée du souk.


Fiche technique

– 4 000 à 6 000 habitants
– Altitude : entre 850 et 1 600 mètres.
– Président du conseil municipal : Bassam Dalal
Union des municipalités de Jabal el-Cheikh : 08 590 055
Cofondatrice du Développement du Caza de Rachaya et du Comité du festival du caza de Rachaya, Liliane Jamo Maalouli : inma2rashaya@gmail.com.
– Où dormir
Bellavista Hôtel : 03 504 905 ; Hôtel al-Kanz : 71 447 033 ; Dar Mehdi : 03 963 378 ; Kamal el-Sahili, maison d'hôtes : 03 615 702
– Restaurants
Les plus typiques : Mach'hour : 03 639 852 ; Betmoun : 08 595 165 ; Layali Wadi el-Taym : 03 665 317, et Monte Santo : 70 840 680
– Climat : climat très agréable, ensoleillement de près de 290 jours par an. En hiver, froid et neige. En été, peu chaud et sec. Air d'une rare pureté.

...
Le village préféré des Libanais : #7 Kfardebiane, l'autre nom du tourisme de montagne - [more]
By: Fady NOUN
Date: Wednesday, July 20, 2016

Abondance en eau, en fruits, en beauté naturelle, exceptionnelle variété des activités de loisir, du ski à l'archéologie, de la marche à la photo, ainsi que le niveau de développement des services, font du village de Kfardebiane (Kesrouan) perché à 900 mètres d'altitude (au moins), un centre idéal du tourisme de montagne.


Bien que l'on puisse y colorer ses lèvres de rose cerise, Kfardebiane est le village des pommes. Un tiers de la production libanaise en provient. En ce mois de juillet, elles ne sont pas plus grandes qu'un poing de nourrisson, et ont souffert de la grêle. Mais, striant les versants des montagnes qui nous font face, d'innombrables vergers s'en remettent vaillamment sous le plein soleil qui rayonne.
L'or bleu (de l'eau), l'or blanc (de la neige), l'or ocre (des ruines romaines), l'or vert (des arbres fruitiers), l'or invisible des songes, celui des rêves de fortune et d'escapade, autant de mines qui font la richesse de l'un des plus grands villages du Liban.


De l'ancienne maison de religieuses transformée par Joséphine Zgheib en modeste auberge, notre premier arrêt, au sommet du Mzar, minuscule chapelle au loin, tout ce que l'œil peut embrasser, longer, arpenter, observer, admirer est terre domaniale de Kfardebiane. Tout le domaine skiable des stations Mzar et Wardé (16 km de pistes) est Kfardebiane, fièrement porté – et même un peu farouchement.
L'or bleu, c'est celui qui chante encore dans les lits des torrents d'hiver, comme dans les canaux et rigoles qui distribuent aux vergers leur part d'eau luisante provenant des deux sources majeures de Nabeh el-Assal et Nabeh el-Laban, les sources du miel et du lait (caillé).

Le sommet du Mzar
Le bouillonnement de Nabeh el-Assal est désormais invisible sous ses habits d'usine. Nabeh el-Laban, lui, jaillit toujours au pied de la pente du dernier lacet de la route d'Ouyoune el-Simane, là où par grand froid se forment les plaques de verglas et où les congères sont les plus hautes. La source du lait caillé, voilà comment s'appelle cette eau pure qui jaillit de la montagne à la température de 5 degrés et qui, jadis, se jetait en cascades blanches dans les vallées, donnant son nom à la source. La Bible chante le Liban comme « la terre du miel et du lait », paradis de verdure servant d'écrin aux fiancées des rois.
C'est l'été, bien sûr, et à part quelques plaques sur le versant nord, les neiges ont fondu. Si le débit de Nabeh el-Laban au printemps restait le même toute l'année, c'est le Liban tout entier qui en boirait. Aujourd'hui, une partie essentielle de cette eau se déverse dans un grand bassin bleu ciel, et est canalisée vers le barrage de Chabrouh, qui alimente le Kesrouan. A l'étiage, toute l'eau ira vers Kfardebiane.
Attention, l'inventaire des beautés et des richesses de Kfardebiane n'en est encore qu'à ses début. Nous n'avons encore rien dit du pont naturel. Kfardebiane n'a pas de cèdres, mais elle a cette robuste et gracieuse arcade de cinquante mille tonnes qui orbite dans le temps, sculptée par les eaux du Nabeh el-Laban au fil du million et demi d'années écoulées depuis l'âge de la terre.

 

Le pont naturel
Convoité par les cafés, mais farouchement défendu sur son site par la municipalité et gardé dans son état brut, le pont naturel est visible de la route qui conduit de Faqra vers les pistes. On y accède de divers sentiers, en écrasant la bruyère mauve, en s'équilibrant sur les cailloux et en saluant au passage quelques églantiers aux fleurs blanches, qui vous le rendent avec leurs senteurs de rose sauvage. Rien n'interdit non plus qu'on descende sous le pont. Avis à la municipalité: une cédraie devrait l'entourer.
Nous n'avons pas encore approché des ruines romaines de Faqra, avec leurs réminiscences phéniciennes et leurs emprunts égyptiens. Notre guide, Nassib Akiki, savant, courtois et sportif bibliothécaire du Centre de lecture et d'animation culturelle (CLAC) nous y conduit. Le circuit comprend la tour de garde, à partir de laquelle les garnisons romaines surveillaient la route conduisant à Héliopolis, notre Baalbeck, des autels, le grand temple romain et son jeune frère, converti en église byzantine, et enfin les caveaux funéraires taillés dans la pierre et éparpillés parmi les rochers.


Pour construire leur temple, les Romains ont choisi une magnifique formation rocheuse, des Dolomites miniatures qui, à elles seules, méritent le détour. Avec des blocs dont les griffures rivalisent de grâce avec les fleurs des champs poussant à leurs pieds, les biseaux du vent, de la pluie, de la neige et de la glace ont taillé un monde dont les traces, et pour un peu les habitants, se réveillent devant nous.
Le travail de restauration superficiel saute aux yeux. Des tiges en fer donnent un air hirsute aux quelques colonnes redressées du grand temple. On nous assure que 100.000 euros seront bientôt dépensés pour mieux aménager le site et l'accueil des visiteurs. En vérité, c'est cent fois plus d'euros qui méritent d'être investis dans la restauration de cette station romaine située à 1 600 mètres d'altitude, chantée par Renan, et dont la principale pelouse avec ses cinq mille places assises, accueille l'un des innombrables festivals de l'été.


Été comme hiver, jour et nuit, Kfardebiane vit de son étourdissant et versatile capital: quand ce n'est pas le ski, avec le domaine skiable le plus développé de ce côté des Alpes, c'est la remontée nostalgique des talwegs. Après la fonte des neiges, ce sont les sentiers vers le Mzar, accessible aussi en ATV, d'où le regard plonge dans la vertigineuse vallée de Nahr el-Kalb, avant de flâner du côté de la Békaa et de l'Hermon, qui garde au loin nos frontières.
Des chalets de grand luxe poussent à Kfardebian. Ils se marient bien avec le club privé de Faqra, où la jet set s'est payée une piste de ski sur pelouse – club privé avec quand même quelques exceptions d'ouverture au public, comme le feu d'artifice très couru de la fête de l'Assomption (15 août).
Voilà, on a commencé à dire quelque chose de Kfardebiane... Vraiment, il n'y a pas de justice en ce monde...

 

Votez ici

 


Comment y accéder

Kfardebian est facilement accessible de Beyrouth, par l'un des réseaux routiers les plus larges du pays. Le village est à 44 km de Beyrouth et 27 km de Jounieh.
Venant de Beyrouth, suivre l'autoroute de Jounieh, puis prendre la montée du Christ-Roi après Nahr el-Kalb et la route de Feytroun. Après Feytroun, tourner à droite vers Kfardebian.


A ne pas rater

- Les ruines romaines. Elles figurent dans les guides bleus.
- Les deux stations de ski (Mzar et Wardé). Elles ont leur propre site.
- Les randonnées en ATV ou à pied, parmi les pommeraies et les Dolomites.
- Le pont naturel, un bijou préhistorique qui figure sur les circuits de nombreux clubs de marche.
- La vallée de la Croix (Wadi el-Salib), avec son moulin à eau, est une station courue de tous les amateurs de vieux sentiers.
- Le feu d'artifice de l'Assomption (nuit du 14 au 15 août).
- La fête de Saint Ephrem, saint patron du village, le deuxième dimanche d'août.
- La municipalité abrite l'un des deux Centres de lecture et d'animation culturelle (CLAC) du Kesrouan. Le CLAC est un partenariat de l'Organisation internationale de la Francophonie (OIF) et comprend depuis 2000 une bibliothèque municipale et une salle de projection de 300 places, avec accès gratuit à Internet.


Fiche technique

-Superficie: 40 km2
-Altitude: Kfardebiane commence à 900 mètres et culmine, pour les pistes de ski et les randonnées, à 2 800 mètres.
- Nombre d'habitants : 12.000 résidents permanents. Il passe à 20.000 après les rigueurs de l'hiver.
- Président du Conseil municipal : Bassam Salamé.
- Hôtels et restaurants : de nombreux hôtels, maisons d'hôtes, pensions et logements chez l'habitant sont disponibles. On s'y retrouve grâce au syndicat d'initiative de la municipalité (09 710 160, entre 8h et 14h les jours ouvrables). Nombreux restaurants orientaux et occidentaux.
- Climat : Très froid en hiver et agréable en été, avec un taux important d'enneigement et de précipitations, d'où l'abondance des sources d'eau.

...
Le village préféré des Libanais : #6 Jezzine, l'éternelle fiancée de la cascade - [more]
By: Anne-Marie El-HAGE
Date: Tuesday, July 19, 2016

Par une chaude journée d'été, Jezzine s'éveille paresseusement au rythme de sa cascade qui bruisse et murmure, comme une chanson douce. Bien ancrée sur une falaise, sur les contreforts des monts de Niha, la station de villégiature du Liban-Sud est fin prête pour la saison estivale. Dans son souk remis à neuf il y a quelques années, les artisans couteliers exhibent fièrement leurs nouvelles créations, et les épiciers du terroir leurs produits frais. Un régal pour les yeux et les papilles. Ils espèrent que la saison sera bonne, malgré la crise. Dans ses ruelles qui serpentent en hauteur, un marteau piqueur brise le silence. Une vieille demeure est en cours de restauration, comme tant d'autres ici. Elle a pour vocation de devenir un centre culturel qui abritera un atelier de fabrication de coutellerie. Histoire de montrer aux touristes le savoir-faire artisanal de Jezzine, unique en son genre.


Assis devant une échoppe, une poignée d'artisans, de commerçants et d'habitants refont le monde en sirotant leur énième café. Ils échangent des plaisanteries, sourire aux lèvres. Il fait si bon vivre à Jezzine.
L'éternelle fiancée de la cascade, chef-lieu du caza qui porte son nom, est-elle une ville, une bourgade ou un village du Liban-Sud ? Peu importe. Ce qui importe, c'est qu'elle a toujours été, à travers les siècles, non seulement le pourvoyeur en eau de la région, grâce à ses quelque 24 sources, mais aussi le grenier des trésors de Saïda, notamment. Son nom viendrait de l'araméen, canzino, qui signifie magasins ou réserves, raconte Sleiman Rizk, professeur d'histoire et habitant de la localité. Jezzine veut aussi dire en arabe deux parties (jez'ayn), en référence au fleuve formé par la cascade, qui coupe la localité en deux.


L'âge d'or
Il faut dire que celle-ci a tout pour plaire. Le côté moderne d'une ville avec sa place, son souk, ses cafés-trottoirs, sa bibliothèque, sa jeunesse. Et le caractère traditionnel d'un village de montagne, avec son climat sec, sa vue plongeante sur des paysages de rêve, sa forêt de pins qui embrasse la réserve de Bkassine, ses sentiers de marche qui rejoignent Niha et Aïtanit, ses vignes en terrasses, ses anciennes maisons en pierre de taille (la pierre de Jezzine), ses églises et monastères centenaires, son festival annuel, et enfin ses habitants.
Des habitants particulièrement accueillants, dont chacun dit qu'ils ont « une belle âme », attachés à leur patrimoine, à leur terre et à leur histoire. Même si c'est ailleurs que la grande majorité d'entre eux vit désormais.


Rien d'étonnant donc à ce que Jezzine devienne le centre de villégiature le plus prisé de la région. Un centre où se pressaient l'été Palestiniens, Égyptiens et même Syriens aisés, avant la funeste Nakba (l'exode palestinien de 1948). Et qui attirera, plus tard, les habitants de Saïda et les touristes du Golfe. Les traces de cet âge d'or demeurent visibles dans la bourgade. Elles portent les noms des hôtels Palestine, Ahram, Kanaan et autres.


La visite de la vieille demeure de Maroun Kanaan, homme politique qui a contribué à l'indépendance du Liban, est un must incontournable. Empreinte d'histoire, de souvenirs et d'un mode de vie à l'ancienne, elle raconte le village à travers la famille Kanaan et son chef, Soleiman bey. Une histoire faite de luttes, de déportations, de relations avec l'Empire ottoman et les différentes communautés religieuses. « Soleiman bey entretenait d'excellentes relations avec les Joumblatt. C'est ainsi que les chrétiens, jadis ouvriers, sont devenus propriétaires à Jezzine », raconte Fady el-Hage, membre de la municipalité, gardien des clés de la vieille demeure. Il révèle que les chrétiens « ont réussi à s'imposer par leur rôle tampon entre toutes les communautés de la région, sunnite, chiite et druze ». Encore habitée par la famille en week-end, la vieille maison, qui distribuait du courant électrique au village, est désormais propriété de Karim Kanaan. Agrandie au fil des ans, c'est un chef-d'œuvre architectural, classé au patrimoine local.

 

Histoire d'une grotte
Des histoires liées à celle du Liban, Jezzine en a des tas à raconter. Elle en tire même fierté. C'est dans l'une des grottes de sa vallée, Wadi Jezzine, située à proximité de la cascade, que s'est réfugié l'émir Fakhreddine fuyant les Ottomans qui le traquaient. Ils lui reprochaient ses velléités d'indépendance et son ouverture sur l'Occident. Ils réussiront à l'arrêter en février 1633, après avoir enfumé sa cache. Cette grotte, à l'entrée si étroite, tellement qu'on ne peut y accéder qu'à plat ventre, « sera bientôt accessible au grand public par un sentier qui la reliera au bas de la cascade », promet Khalil Harfouche, ancien président de la municipalité de Jezzine, si sa réélection se confirme toutefois.
Jezzine a également subi les guerres successives du Liban, avec leurs horreurs, leurs massacres, leurs destructions toujours visibles par endroits. Mais jamais l'attachement des Jezziniotes à leur terre n'a faibli, même durant les moments les plus durs, lorsque la localité était isolée du reste du pays et qu'il fallait passer par le Chouf, plutôt que par Saïda, pour se rendre à Beyrouth. Un attachement renforcé par la présence des congrégations religieuses maronites, notamment les antonins, qui ont grandement contribué au développement de la bourgade.


Après avoir mis en veilleuse sa vocation touristique, Jezzine reprend aujourd'hui son rôle de station de villégiature sudiste. Elle se lance dans le développement de nouveaux projets hôteliers et l'organisation d'activités de plein air. Avec pour cible immédiate la population locale, celle du Liban-Sud principalement, à la recherche d'un brin de fraîcheur, d'une certaine dose de tranquillité et d'une bonne table. Sans oublier les Jezziniotes de Beyrouth et de l'étranger, qui demeurent fidèles à leur village et viennent y passer le week-end, voire une partie de l'été. Ce petit monde s'y retrouve immanquablement à la mi-août pour célébrer la fête de la Vierge, protectrice de Jezzine, qui s'étale sur une bonne semaine. Les préparatifs vont déjà bon train...

 

 Votez ici


Comment y accéder

Située au Liban-Sud à 73 km de Beyrouth (deux heures de route environ), Jezzine fait le lien entre quatre mohafazats :
– Depuis Beyrouth, prendre la sortie de Saïda à gauche en direction de Lebaa.
– Depuis Nabatiyé, deux itinéraires possibles, par Arabsalim ou par Jarmaq.
– Depuis Marjeyoun, deux itinéraires possibles, par Aïchiyé ou par Jarmaq.
– Depuis le Mont-Liban, deux itinéraires possibles, par Beiteddine ou par Almane.
– Depuis la Békaa, par Machghara.

À ne pas rater

– La cascade et la source d'eau, agréables l'été, particulièrement impressionnantes l'hiver.
– Les vieilles demeures, la maison et l'hôtel Kanaan, le palais Serhal, le palais municipal (style ottoman), la maison de l'ancien député Samir Azar, la maison de Melhem Nassih, l'orphelinat des sœurs de Ibrine, offert à la congrégation par le patriarche Méouchi...
– Les églises et monastères centenaires, l'église Saint-Maron (et son vieil escalier), l'église Notre-Dame de la Source, l'église Saint-Antoine et son couvent, l'église Saint-Joseph, à l'entrée de Jezzine, la statue de la Vierge Notre-Dame du Passage, le vieux moulin transformé en mausolée des saints du Liban...
– Le quartier commerçant ou souk, pour son artisanat de coutellerie et ses épiceries de mouné, produits du terroir.
– La visite d'un atelier d'artisan coutelier.
– Les sentiers de marche.
– La ferme de truites d'Alberto Slim.
– La vue imprenable des hauteurs du village.
– Le kebbé de Jezzine, star du mezzé traditionnel.


Fiche technique

Altitude : Jezzine est située à 950 mètres d'altitude et culmine à 1 200 mètres.
Nombre d'habitants : 3 500 en hiver et 8 000 en été.
Climat : Frais et sec l'été, froid et enneigé l'hiver.
Restaurants : De nombreux restaurants offrent un mezzé varié à proximité de la cascade. Parmi les meilleurs, al-Challal, Sakhret al-Challal, Les Délices de Jezzine, Mardakouch, al-Chalouf, al-Horch, Rayan, al-Chark. Snacks et cafés-trottoirs ont aussi pignon sur rue dans la localité.
Hôtels : L'Étoile du Loup, l'auberge Wehbé, l'hôtel Rizk, l'hôtel Iris. Un cinquième établissement hôtelier devrait bientôt ouvrir ses portes.
Activités sportives : Trois sentiers de marche sont accessibles, avec des guides. Pour plus de renseignements, contacter la Fédération des municipalités de Jezzine au 07/781555.

...
Le village préféré des Libanais : #5 Hammana, et sa vallée « œuvre de Dieu »... - [more]
By: Antoine AJOURY
Date: Monday, July 18, 2016

Ils sont venus, ils sont tous là... En couple ou en famille, jeunes et moins jeunes, villageois et touristes : personne ne veut rater le festival de la cerise, organisé chaque année, en juin, à Hammana.
Une ambiance de fête règne dans le village. Le son de la musique, de la fanfare, les prestations des espèces de troubadours et des clowns se marient avec les cris des enfants qui courent entre les kiosques pour goûter aux différentes sortes de cerises exposées sur la place du village.


Dans une ruelle menant vers le Midane el-Haouz (la place du point d'eau), avec une petite place flanquée d'une fontaine datant de 1923 appelée Brahimiyé, en référence à Ibrahim Pacha l'Égyptien, les badauds font la queue pour déguster les différents mets et plats cuisinés par les villageoises avec amour et fierté. Du chawarma au kaak, en passant par la confiture, le miel ou la mouné : un tableau exquis de couleurs et d'odeurs fait le bonheur des visiteurs.

« Les cerisiers ont été introduits à Hammana après la Première Guerre mondiale, explique Imad Abi Younès, dentiste et jardinier à ses heures perdues. Avant, les villageois plantaient des mûriers qui servaient à la fabrication de la soie. » « L'altitude du village, supérieure à 1 000 mètres, est idéale pour les cerisiers », ajoute-t-il.
Le village de Hammana se situe à 1 150 mètres en moyenne. Lové au cœur de la montagne libanaise, à seulement 32 km de Beyrouth, son climat sec et doux en fait un centre parfait de villégiature. À l'instar de Aley, Bhamdoun et Sofar, Hammana a été, avant la guerre, l'une des destinations préférées des touristes. On y venait des pays arabes pour profiter d'une nature clémente, mais aussi et surtout pour séjourner dans un village dont les habitants, connus pour leur générosité et leur accueil chaleureux, font honneur à l'hospitalité libanaise.
Parmi les visiteurs célèbres de Hammana, Alphonse de Lamartine, qui a séjourné dans la maison des Mouqaddamine druzes, les Mezher, un palais vieux de plus de 700 ans, surplombant majestueusement le village et sa vallée, cités à plusieurs reprises dans l'œuvre du poète et homme d'État français. Après son passage, la grande vallée en contrebas de Hammana portera désormais son nom.

 

Lire sur un banc public
La bourgade subjugue toujours. Les anciennes magnaneries, d'impressionnants bâtiments qui ont été conservés, transformés en école ou en couvent, sont autant de témoins de ce que Hammana était au début du XXe siècle : un important centre de production de la soie.
Aujourd'hui, se promener entre ses vieilles maisons cachées derrière de petits jardins fleuris, dans ses ruelles ombragées par les bougainvilliers ou les pins parasols, et visiter ses anciennes églises est un pur plaisir, un must, pour découvrir le charme d'une localité toujours bouillonnante.
Contrairement à d'autres villages libanais délaissés et inhabités, Hammana regorge de vie. Ses habitants sont fiers d'y appartenir. Ils le montrent non seulement par les mots, mais grâce à leurs initiatives, comme celle de l'ancien ministre et ancien président du conseil municipal de Hammana, Nagib Abou Haïdar (1923-2001), homme visionnaire qui a imposé le respect de l'héritage architectural et du caractère ancien des maisons. Celles-ci font toujours le charme du village.


En l'honneur de Nagib Abou Haïdar, une impressionnante bibliothèque publique porte aujourd'hui son nom. Elle jouxte un agréable jardin public doté d'une aire de jeux mise à la disposition des enfants et des jeunes. « L'idéal serait de voir ces jeunes choisir un livre de la bibliothèque et venir le lire sur un banc public sous le feuillage des arbres », espère ainsi Joe Hatem, un habitant du coin.
La culture occupe une place spéciale dans ce village. Outre le nombre élevé d'écoles, un centre culturel devrait voir le jour prochainement. « La Hammana Artist House sera un mélange de résidence et d'atelier d'artistes d'une part, et un endroit où viendraient se produire des artistes libanais et étrangers d'autre part », explique Robert Eid, banquier natif du village. « L'idée est de sortir du concept des festivals florissant durant l'été et d'avoir des activités permanentes tout au long de l'année, été comme hiver », précise-t-il.

 

Théâtre naturel
Le sentiment d'appartenance est profond chez les Hammaniotes. Une fierté qu'ils transmettent de génération en génération. « J'ai vécu à Hammana, j'y travaille, je m'y suis marié et j'ai maintenant trois enfants que j'aimerais voir grandir, vivre et travailler dans ce village », explique tout sourire et avec beaucoup de fierté le cheikh druze Adel Aawar. Son cousin, le jeune Rayan, en séroual noir et calotte blanche, renchérit : « La beauté de Hammana, c'est avant tout ses habitants », mettant ainsi en valeur la convivialité dans le village entre les chrétiens, majoritaires, et les druzes.


Il ne faut surtout pas oublier la nature, sublime, dans laquelle Hammana est implantée. Entourée de montagnes et de hautes falaises, elle s'enracine dans une vallée qui forme une sorte de théâtre naturel. Situé dans une région riche en eau, le village bénéficie de sources d'eau naturelle, appelées chaghour, qui se jettent du haut de la montagne en formant d'impressionnantes cascades.
Jean Hatem, guide d'écotourisme à Hammana, explique que deux choix se présentent pour les amateurs d'activités sportives dans la nature : les randonnées, avec plusieurs niveaux de difficulté, sachant que le plus long chemin fait 9 km, et le canyoning, pratiqué uniquement à Hammana, Jezzine et sur l'Oronte.
« Les marcheurs apprécieront les montagnes entourant le village, avec ses sources d'eau fraîche, ses forêts de cèdres. Ils y découvriront plusieurs espèces animales, sans oublier les ruines romaines et les fossiles », précise-t-il. Quant au canyoning, il s'agit d'un sport extrême où l'on parcourt un kilomètre dans une eau glacée, en descendant trois chutes d'eau, dont la plus haute est de 30 mètres.


Du haut des falaises surplombant le village, la vue est à couper le souffle : comme enlacée par les montagnes envoûtantes qui l'entourent, Hammana, avec ses demeures aux toits de tuiles rouges, semble un cœur battant au milieu de la vallée de Lamartine, qui écrivait : « Un des plus beaux coups d'œil qu'il soit donné à l'homme de jeter sur l'œuvre de Dieu, c'est la vallée de Hammana. »

 

Votez ici


Comment y accéder ?

Hammana est à 32 km de la capitale.
À partir de Beyrouth, prendre la route de Damas jusqu'à Bhamdoun. De là, il y a deux possibilités : soit continuer vers Sofar et Mdeirej, puis prendre à gauche en direction de Hammana, soit, au centre de Bhamdoun, descendre à gauche vers Qrayé, Qobbeih, Chbaniyé, puis Hammana.
Depuis le Metn, aller de Dhour Choueir vers le Bois de Boulogne, puis prendre à droite vers Mtein-Bzebdine-Qornayel-Falougha-Hammana.

À ne pas rater

Le palais Mezher dans lequel a séjourné Lamartine.
Le buste de Ma Hayde sur la place du village. Ma Hayde est le nom chinois du fameux docteur Georges Hatem qui fut le médecin personnel de Mao Tsé-Toung, et qui était le premier étranger à avoir été naturalisé chinois après la révolution maoïste.
Le jardin public, doté également d'une aire de jeu pour les petits.
La bibliothèque publique municipale qui rassemble plus de 13 000 volumes et qui organise régulièrement des activités variées.
Le couvent du Bon Pasteur qui fut jadis une magnanerie.
Les différentes églises du village, dont certaines sont très anciennes, comme Saint-Romanos, Saint-Jean et bien d'autres.
Les chaghours, ces sources d'eau fraîche et leurs cascades, qui font le bonheur du village.
Les restaurants, qu'ils soient près des chaghours ou qu'ils dominent le village avec une vue impressionnante.

 

Fiche technique

Superficie : 8 km2.
Altitude : en moyenne, 1 150 m d'altitude.
Nombre d'habitants : 8 000 (davantage en été).
Président du conseil municipal : Bachir Farhat
Hôtels et restaurants : il existe actuellement une maison d'hôtes et un hôtel à Hammana. Celui-ci, le Valley View Hotel, est recommandé également pour son restaurant. D'autres hôtels se trouvent à Falougha et Bhamdoun. De nombreux restaurants orientaux et des cafés, à l'instar de Chaghour, Qasr el-Wadi et autres, sont disponibles.
Climat : froid en hiver et agréable en été, avec un taux important d'enneigement et de précipitations, d'où l'abondance des sources d'eau.

...
Le village préféré des Libanais : #4 Ehden, la fière, la pieuse, la gourmande - [more]
By: Antoine AJOURY
Date: Saturday, July 16, 2016

« Les habitants de Zghorta montent à Ehden pour y passer l'été. Vrai ou faux ? » Faux, répondront les Ehdeniotes, affirmant fièrement que ce sont eux qui migrent à Zghorta en hiver. « Historiquement, raconte Ghassan Tayyoun, vice-président de la municipalité, Ehden est bien plus ancienne comme localité. Ce n'est que durant la période ottomane que les Ehdeniotes ont été autorisés par la Sublime Porte à acheter un terrain près du littoral pour échapper à la rigueur des hivers. » Ce fut Zghorta.

Poursuivant son récit, M. Tayyoun revient sur une tradition, aujourd'hui oubliée : « Jadis, en quittant le village au début de l'hiver, les Ehdeniotes rassemblaient les clefs de leurs maisons et les déposaient dans l'église Saydet el-Hosn en espérant qu'ainsi, la Sainte Vierge protégera leurs demeures. La clé de l'église, elle, est consignée auprès d'un notable du village. En revenant l'été à Ehden, avec tous leurs meubles et vêtements, sur les ânes et les charrettes, les habitants étaient naturellement devancés par les cavaliers qui se précipitaient pour arriver les premiers à l'église et ramener les clefs aux habitants. »

Ehden est situé au cœur des montagnes du Liban-Nord. L'étymologie du nom n'est toujours pas claire. Certains affirment qu'Ehden est dérivé d'Éden, le lieu où Adam et Ève ont vécu après avoir été chassés du paradis. D'autres sources affirment qu'Ehden vient de l'araméen, Adon ou Adonis qui veut dire : pouvoir, stabilité, tranquillité.

La situation du village et sa nature ont par ailleurs forgé la personnalité de ses habitants très imprégnés par l'histoire millénaire d'Ehden, faite de résistance, face aux forces de la nature, mais aussi aux envahisseurs. « Ehden représente nos racines et nos ailes », affirme ainsi fièrement Ghassan Tayyoun. L'appartenance chrétienne maronite forme en outre un socle important de l'identité des Ehdeniotes.

Les personnalités les plus connues du village comptent ainsi parmi elles, selon Boutros Wehbé Doueihy, plusieurs patriarches, dont le plus célèbre reste Estéphan Doueihy, patriarche de 1670 à sa mort en 1704. Sa statue trône au centre du village. Une trentaine d'évêques sont également issus d'Ehden.
Boutros Doueihy cite par ailleurs le non moins célèbre héros national Youssef bey Karam, mais aussi les anciens présidents Sleiman Frangié et René Moawad.

 

Mar Méma, en 749...
Presque chaque coin de rue est bordé d'une église. « Les grandes familles du village ont chacune sa propre église et son propre saint patron », explique Mikhaël Doueihy, président de l'association Charité et Développement.
Un grand nombre de ces anciennes églises a été construit à la place de temples païens cananéens, explique Roy Arayji, auteur d'un livre sur les saints maronites.
Il cite d'abord Saydet el-Hosn (Notre-Dame de la Forteresse), considérée comme l'église la plus élevée au Liban. Vient ensuite celle de Saint-Même (Mar Méma), la plus ancienne église maronite du Liban toujours debout. Elle fut bâtie en 749 sur les ruines d'un ancien temple.

Une visite à l'église Mart Moura s'impose. Il s'agit du seul vestige préservé du premier monastère dont sont issus les différents ordres religieux maronites. Plus récentes sont les églises Saints-Pierre-et-Paul, Saint-Simon, la cathédrale Saint-Georges, et le couvent Saints-Sarkis-et-Bakhos.
Depuis Ehden, une visite de la vallée de Qadicha, du monastère Saint-Antoine Qoshaya ainsi que d'autres sites religieux est ce qu'il y a de plus facile et agréable.
Le village est, on l'aura compris, un paradis pour le tourisme religieux et pour les visiteurs qui tombent rapidement sous le charme de l'accueil chaleureux et de l'hospitalité inégalable des Ehdeniotes, ainsi que des structures touristiques dans le village.

Il va sans dire qu'on se sent immédiatement chez soi quand on est à Ehden. Surtout quand il s'agit de goûter aux spécialités du coin. Au restaurant Aden, une vieille dame prépare la fameuse kebbé nayyé, en battant la viande, avant d'y ajouter le blé concassé, l'oignon, du sel et du poivre. Selon Mikhaël Doueihy, « la kebbé nayyé ehdeniote est un mythe. La seule différence avec celle des autres régions du pays est qu'elle est préparée avec de la viande de chèvre. Sinon, tout est dans le dosage », précise-t-il, ajoutant : « Par contre, ce sont les variétés de kebbé qui font la spécificité d'Ehden. »

Un tour dans la réserve
Sur la place du village, appelée le Midane, la joie de vivre des villageois et des visiteurs est manifeste. Des enfants jouent près de la fontaine. Dans un des nombreux cafés, des hommes jouent aux cartes. De temps en temps, des cris s'élèvent pour protester contre la malchance.
En face, de l'autre côté du Midane, un célèbre pâtissier propose sa non moins célèbre halewet el jeben... L'ambiance festive se poursuit jusqu'à l'aube dans les restaurants, pubs et boîtes de nuit entourant la place du village.

Pour profiter pleinement d'une visite à Ehden, il est impératif d'aller faire un tour dans la réserve naturelle qui surplombe le village. « La forêt comprend pas moins de 1 030 espèces végétales différentes », explique la directrice de la réserve, Sandra Koussa Saba. Elle abrite notamment l'une des plus grandes concentrations de cèdres au Liban. Sans oublier une faune riche en animaux sauvages, mais aussi en oiseaux, papillons et autres insectes rares.

La réserve donne aussi accès à certaines activités sportives, comme la randonnée, la descente en rappel, l'escalade, le parapente, la tyrolienne, la spéléologie et le tir à l'arc, explique Chafic Ghazalé, fondateur de Ehden Adventures, qui tient également un espace camping pouvant accueillir près de 250 personnes.
Les Ehdeniotes ont aussi leurs propres activités culturelles. En plus d'un groupe folklorique de dabké et d'un orchestre local, le village organise désormais chaque été les Ehdeniyate, un festival de musique invitant des artistes de renommée internationale.

Assis sur la terrasse de l'hôtel Belmont qui surplombe le village, des touristes se rappellent du bon vieux temps, lorsque l'élite arabe du Caire et de Bagdad venait pour la saison estivale. « Il paraît que Carlos le terroriste a séjourné au Belmont », confie l'actuel directeur de l'hôtel mi-amusé, mi-embarrassé...

 

Votez ici 

 

Comment y accéder ?

Venant de Beyrouth, suivre l'autoroute vers Tripoli, puis, au niveau de Chekka, prendre la bifurcation jusqu'à Amioun puis Kousba et Tourza. Au barrage de l'armée, prendre légèrement à gauche la route qui traverse la vallée avant de remonter jusqu'à Ehden.

Ehden est à 120 kilomètres de Beyrouth, 30 kilomètres de Tripoli et 25 kilomètres de Zghorta.

A ne pas rater

Les anciennes églises du village
Saydet el-Hosn (Notre-Dame de la Forteresse)
Saint-Même
Mart Moura
Saints-Pierre-et-Paul
Saint-Simon
La cathédrale Saint-Georges et le couvent Saints-Sarkis-et-Bakhos

Le Midane et ses restaurants et cafés.

Les randonnées ou les activités sportives, dans la réserve naturelle d'Ehden et la montagne avoisinante.

Déguster impérativement les diverses variétés de kebbé à l'ehdeniote.

 


Fiche technique

Superficie : 24 km2

Altitude : Ehden commence à 1 450 mètres et culmine à 2000 mètres.

Nombre d'habitants : 500 résidents en hiver. Il peut passer à 35 000 en été.

Président du conseil municipal : César Bassim.

Hôtels et restaurants :
De très nombreux hôtels, certains de très bonne qualité. Nombreux restaurants orientaux et occidentaux, dans le village et aux alentours. On retiendra, pour les hôtels :
Le Belmont, avec sa vue magnifique sur Ehden : 06-560102 / 03-307333
Le Provençal, en plein centre, au-dessus de la place Midane : 06-561040 / 03-678593
Le Abchi, un des plus anciens hôtels d'Ehden : 06-560 001
Le Sérail, sur la rue principale, juste en face du sérail d'Ehden : 06-560998
Ehden Country club, idéal pour toute la famille : 06-560651
Kroum Ehden Boutique Resort, qui combine luxe et confort : 06-561560.

 

Climat : Très froid en hiver ; agréable et sec en été.

...
Le village préféré des Libanais : #3 Douma, la cité-village comme chez Pagnol - [more]
By: Anthony SAMRANI
Date: Friday, July 15, 2016

Depuis les hauteurs de Bchealé, on perçoit en contrebas des dizaines de toits de briques rouges qui semblent dessiner un scorpion au milieu de la vallée. C'est ici qu'un ancien ambassadeur américain aurait acheté une maisonnette sans prétention dans le seul but de profiter de ce panorama exceptionnel. À l'ombre des collines, se dresse un village dont le cachet n'a quasiment pas d'équivalent au Liban. Enclave grecque-orthodoxe – comprenant une forte minorité de grecs-catholiques et une plus modeste de maronites – située dans le cœur de la montagne maronite, Douma ressemble à une petite cité commerciale égarée au milieu d'une région traditionnellement paysanne.

Jusqu'à aujourd'hui, les historiens sont divisés quant à l'origine de son nom. Certains prétendent qu'il viendrait du mot phénicien dumah, qui signifiait calme, réconfort et sérénité. D'autres considèrent que le village aurait pris comme saint patron Doumatios, un saint mésopotamien, martyrisé au IIIe siècle et connu pour ses dons de guérison. Mais la légende la plus répandue veut que le village ait été nommé ainsi en hommage à Julia Domna, l'épouse de l'empereur romain Septime Sévère, originaire d'Émèse (Homs).

De l'époque gréco-romaine, Douma conserve, en tout cas, quelques jolis trésors : des anciens temples païens datant du Ve siècle et sur les ruines desquels ont été bâties les premières églises du village et, surtout, le sarcophage du prêtre Castor, serviteur d'Esculape, dieu de la médecine, qui daterait du IVe siècle après J-C et qui trône aujourd'hui sur la place, à l'entrée du vieux souk. Dans son célèbre ouvrage, Mission de Phénicie, Ernest Renan relate sa visite à Douma et sa découverte du sarcophage sur lequel est gravé une inscription en grec ancien, en référence à Castor, que le célèbre orientaliste a été le premier à traduire.
En cette fin de XIXe siècle, Douma vit alors son âge d'or. Chef-lieu de la montagne dans le caza de Batroun au temps de la moutassarifiya, le village est un carrefour commercial entre les villes du littoral, en particulier Tripoli, et les plaines de la Békaa. Pour répondre à la forte demande, un souk, riche de plus d'une centaine de magasins, va voir le jour, et très vite concurrencer ceux de Jbeil et de Batroun.

Parmi les nombreux artisans qui monnayent leur talent dans les ruelles du souk, les maîtres forgerons occupent une place à part et équipent en armements les plus grandes figures de la montagne. Douma est alors surnommée Douma el-Hadid, en raison de l'extraction des mines de fer qui a lieu dans les alentours du village, et de leur exploitation par les maîtres forgerons dans le souk. Mais, dès la fin du XIXe siècle, cette activité perd une grande partie de son attrait du fait de la concurrence des producteurs européens. Le village peut toutefois compter sur d'autres ressources, comme la culture de l'olivier et, surtout, celle du mûrier, qui permet l'élevage du ver à soie. La soie synthétique n'existant pas encore à cette époque, la production de la montagne libanaise va permettre d'habiller, notamment via les artisans lyonnais, une partie de la bourgeoisie européenne.

 

Astérix chez... les Libanais
Le village bouillonne d'activités et ses habitants, guidés par un esprit de rivalité, profitent de cette période de prospérité pour construire de magnifiques demeures qui donnent au village son style unique sur le plan architectural.

Plus de 150 ans après, la grande majorité de ces 250 maisons est encore en très bon état. Même si la plupart d'entre eux n'y résident plus en hiver, les notables du village ont su entretenir leur demeure, et ouvrent aujourd'hui volontiers leurs portes aux visiteurs les plus curieux. Des immenses armoires en bois confectionnées à la main dans le souk du village, en passant par une ancienne cave où l'on cachait les armes au temps des Ottomans reconvertie en cave à vins, jusqu'au coffre en cuir orné d'or que surveille un portrait de Nicolas II : ces maisons regorgent d'objets insolites qui témoignent de l'histoire moderne de Douma.

Avec ses tuiles rouges, son souk, son théâtre – dans lequel une femme, Alice Ayoub, a tenu pour la première fois un rôle – son école « moscovite », construite par les Russes au XIXe siècle, son cinéma inauguré en 1930, sa municipalité – la plus vieille du Liban, après celle de Deir el-Qamar –, son tribunal, sa prison et son musée, Douma est une cité-village : un mélange de charme et de souvenirs qui semble tout droit sorti d'un roman de Marcel Pagnol ou d'un album d'Astérix chez... les Libanais.

 

Le café des larmes
« Ici, chaque famille avait traditionnellement un certain monopole sur un métier : les Chahine étaient charcutiers et pâtissiers, les Sawaya étaient forgerons, les Zahlaoui étaient glaciers (et le sont encore), les Ghanem étaient menuisiers, les Chammas étaient cordonniers, et les Wakim-Wakim étaient coiffeurs », confie Anis Chahine, avec un regard malicieux et un sourire juvénile. Ancien professeur d'université, il se met aujourd'hui gratuitement au service des touristes pour leur conter les légendes et anecdotes qui font la fierté de son village – jumelé avec Digne-les-Bains –, et leur en faire visiter les moindres recoins. Au milieu des pâtisseries, des glaciers, des maroquineries, des ateliers d'artistes, des bric-à-brac, des joueurs de cartes et des badauds, les plus curieux écoutent les mots du guide qui leur explique que dans telle maison a été écrit le brouillon de la première Constitution syrienne de 1919 ; qu'une partie de telle autre a été expropriée, selon une pratique particulière, pour créer un passage, ou que le somptueux lustre qui domine la cathédrale grecque-orthodoxe de Notre-Dame date de 1905.

« Vous voyez cette terrasse en haut de la montagne, on la surnomme Qahwet el-béké (le café des larmes). Les gens venaient y boire un arak ou deux, ou trois, mais leur bonne humeur ne résistait pas à la vue du cimetière catholique situé un peu plus bas », raconte Anis Chahine, comme pour mieux conclure le récit d'une vie de village – pas encore d'un autre temps – où les joies comme les pleurs sont le bien commun de tous les habitants.

 

 Votez ici


Comment s'y rendre ?

Douma se situe dans le caza de Batroun, à 80 km de Beyrouth et à 22 km de Batroun.
Compter 1h30 de trajet en voiture en partant de Beyrouth. À Batroun, prendre la direction de Tannourine.


À ne pas rater

Les églises historiques :
Saint Siméon Stylite
Notre-Dame
Saint-Doumit
Saint-Nohra
Saint-Challita
Le monastère Saint-Jean
Le vieux souk
Le vieux cinéma
Les vieux cafés du village
Ses 240 maisons classées patrimoine national
La municipalité
Le square Digne-Les-Bains
Le tombeau d'Esculape
L'école moscovite
Les pressoirs d'huile


Fiche technique

Superficie : 11 km2
Altitude : Entre 900 m et 1200 m
Nombre d'habitants : 3 000 habitants l'été
Président du conseil municipal : Joseph Maalouf
Douma club (présidente : Hayat Hage Chalhoub). Pour toute information : 70 760 041
Festival de Douma depuis 1996, fin juillet-début août.

Hôtels :
Beit Douma : 06 520 702
Hôtel Douma : 06 520 202
Douma Palace Motel : 06 520020 | 70 520020
Mountain View Motel : 03 309126
Maison d'hôtes Diwan el-Beik
Maison d'hôtes Beit Diafeh Maatouk

Restaurants :
Esclapio : 06 520 520
Chalhoub : 03 372 537
Zahlaoui restaurant et café

Climat :
Froid en hiver, doux en été.

...
Le village préféré des Libanais : #2 Dhour Choueir, la « perle » un brin nostalgique - [more]
By: Nada MERHI
Date: Thursday, July 14, 2016

Dhour Choueir, qui était, il y a plus d'un siècle, l'une des principales destinations touristiques du Grand Liban, aux côtés de Sofar, Bhamdoun et Aley, garde tout son charme... et un brin de nostalgie. Le temps et la guerre civile n'ont pas réussi à altérer d'un iota la beauté de ses paysages pittoresques, même si au fil des années, le village, à l'instar de plusieurs localités voisines, a perdu sa place prépondérante dans le paysage touristique du pays.


Quelle que soit la direction empruntée dans le village, le visiteur ne peut être qu'envoûté par la nature verdoyante qui s'étend à perte de vue, donnant d'un côté sur le mont Sannine et surplombant de l'autre la mer, mais aussi par les anciennes maisons en pierre aux toits de tuiles rouges, caractérisées par leurs trois arcades spécifiques de l'architecture libanaise traditionnelle. Même les nouvelles bâtisses sont, dans leur majorité, imprégnées de l'âme des ancêtres. « Dhour Choueir était la perle des centres de villégiature », répètent à l'unanimité, non sans regret, les habitants de la bourgade.


Le village comptait en fait quatorze hôtels, plus de dix cafés et restaurants et trois salles de cinéma. « De ces hôtels, il ne reste plus que le nôtre, les autres ayant été soit détruits soit pillés », confie Julie Kiamé, propriétaire de l'Hôtel Central, un joyau architectural datant de 1905. « Nos clients comptaient, entre autres, des pachas d'Égypte et de Turquie », poursuit la nonagénaire au visage avenant. Le salon, dans un bâtiment attenant à l'hôtel, a été édifié en 1932. « À l'époque, il a connu un grand succès, parce qu'il était le premier édifice à être dépourvu de colonnes internes », explique fièrement Élias Kiamé, qui gère aujourd'hui l'hôtel avec sa sœur Alexa.

Ouverture sociale et politique
Se balader à Dhour Choueir et à Choueir, le village en contrebas du centre de villégiature, c'est emprunter leurs innombrables escaliers et se laisser perdre dans les ruelles des deux localités. C'est se désaltérer à leurs nombreuses fontaines, visiter le sadd, c'est-à-dire, le barrage, l'un des plus vieux du pays, remontant à 1920, et manger dans le restaurant qui porte le même nom, après avoir pêché soi-même ses truites. C'est aussi prendre son petit déjeuner chez Sarfad, réputé pour ses œufs au plat, dans un cadre des plus époustouflants, et aller à la découverte du vieux souk de Choueir et de ses allées pavées en pierres où toute l'activité commerciale se déroulait. De ce souk, jadis s'étalant sur des centaines de mètres, il ne reste plus que les vestiges d'anciennes échoppes.


Dhour Choueir et Choueir, c'est également de nombreux lieux saints, notamment les couvents Saint-Jean el-Sayegh et Saint-Élie où se trouvent des manuscrits datant du XVIIe siècle, l'église Notre-Dame-des-Lamentations, vieille de près de 500 ans (elle a été bâtie en 1525), dont le clocher était l'un des plus grands de toute la Syrie. Le chêne planté devant l'église est du même âge. Une fois sur les lieux, il ne faut surtout pas manquer d'admirer le chir, c'est-à-dire la muraille en pierres qui a donné au village son nom.
Sur le plan foncier, en fait, Dhour Choueir n'existe pas, mais seulement Choueir. « Le nom du village est un diminutif de chir, c'est-à-dire la falaise », note Nisrine Ataya Bou Zeid, chargée de la communication et des activités à la municipalité de Choueir-Dhour Choueir-Aïn el-Sindiané et dont les informations sont fournies par le Centre socioculturel de Choueir. « En syriaque, choro signifie muraille. Dans le temps, le village s'appelait Merhata, c'est-à-dire courant d'air. » Plus tard, le village a pris le nom de Dahr el-Chir, puis Dhour Choueir. « Dhour est le pluriel de dahr, c'est-à-dire colline, en référence aux sept collines qui encerclent le village », explique Jamil Abi Kheir, architecte, qui ne se lasse pas de partager avec les visiteurs l'histoire de son village. Il raconte ainsi que bien qu'il soit riche en sources d'eau, Dhour Choueir n'a jamais été une région agricole. « Les Choueiriotes maîtrisaient la ferronnerie », précise-t-il. « Ils étaient réputés pour la fabrication des épées et des boucliers. Cette maîtrise leur a permis de développer également les outils nécessaires pour tailler la pierre. Un art qui les a menés un peu partout aux quatre coins du pays... Ils étaient aussi connus pour leur ouverture sociale et politique sur les autres, comme par leur niveau d'éducation. »

 

« Double oxygène »
La promenade reste incomplète sans un détour du côté de l'hôtel Kassouf, l'un des plus importants hôtels du pays d'avant la guerre de 1975-1990, qui avait accueilli des rois, des princes et de grands artistes arabes comme Oum Kalsoum, Mohammad Abdel Wahab, al-Akhtal as-Saghir... et tant d'autres. Dans cet hôtel se déroulent les élections de Miss Émigrés qui clôturent le festival du même nom. Il y a six ans, le conseil municipal du village a voulu faire revivre ce festival. Le rendez-vous, devenu annuel, est organisé dans la cour centrale de l'hôtel tombé en ruines, histoire de lui restituer sa gloire d'antan.


La localité est caractérisée par son climat tempéré et sec. « Notre climat est bon pour la santé », avance Mikhaël Sawaya, moukhtar, qui a lancé, en 2009, l'initiative d'unifier les célébrations de la fête de Pâques. «

Dans l'air, il y a de l'oxygène, mais à Dhour Choueir, il y a un double oxygène que dégagent les pins dont regorge le village », affirme-t-il. Une phrase que le touriste entendra à maintes reprises, les pinèdes constituant l'une des fiertés des Choueiriotes. Les espaces verts dont est dotée la bourgade ont poussé le conseil municipal, dès 2010, à aménager, avec la coopération de l'armée, des sentiers pour les amoureux des randonnées et des balades à vélo. Sur le flanc de la montagne, la construction est formellement interdite, ce qui préserve le village de l'urbanisation sauvage.

De nombreuses maisons du village sont aujourd'hui désertées. Comme la maison Kiamé. La légende veut que la propriétaire de cette résidence, Adèle Kiamé, l'une des rescapées du Titanic, a refusé de fuir le bateau sans avoir emporté avec elle la mouné apportée de Dhour Choueir.
Il y a près d'une décennie, de nouveaux hôtels et restaurants ont vu le jour à Dhour Choueir. Les habitants et le conseil municipal du village sont déterminés à redonner à la localité sa gloire d'antan.

 

Votez ici

 

Comment y accéder

– Venant de Beyrouth, prendre l'autoroute rapide du Metn. À la fin de Baabdat, emprunter la route menant à Mar Moussa el-Douar, puis Dhour Choueir.
– Venant du Kesrouan, prendre, à partir d'Antélias, la route menant vers Bickfaya, puis Dhour Choueir.
– Le village est à 32 km de Beyrouth.

À ne pas rater

– Le vieux souk de Choueir.
– Les églises, principalement les églises Notre-Dame à Choueir et Dhour Choueir, l'église des saints Pierre et Paul, Mar Abda, l'église Saint-Georges, l'église grecque-orthodoxe du Saint-Sauveur, l'église grecque-catholique du Saint-Sauveur, les églises Mar Takla et Sainte-Thérèse à Aïn el-Sindiané.
– Les couvents Mar Élias Chouaya des grecs-orthodoxes et Mar Youhanna el-Sabek (Saint-Jean Baptiste) des grecs-catholiques.
– Les fontaines d'eau potable.
– Le Hall of Fame au siège de la municipalité, où sont exposés des aperçus sur les principales personnalités issues du village, des photos anciennes de la bourgade et de familles du village, des livres...
– Les vestiges de l'hôtel Kassouf.
– Aller se promener dans les pinèdes ou y faire du vélo.
– Les adeptes de la pensée d'Antoun Saadé (fondateur du Parti social nationaliste syrien) peuvent visiter sa maison, transformée en un centre de conférences, la cabane où il s'isolait du monde et dans le périmètre duquel un mur a été construit à son effigie en 2004, et sur lequel sont gravées certaines de ses citations...
– Le barrage, qui contient jusqu'à 45 000 mètres cubes d'eau.

 

Fiche technique

– Superficie : près de 16 km2.
– Altitude : Le village commence à 1 150 mètres d'altitude et culmine à 1 250 mètres.
– Nombre d'habitants : 14 000 entre résidents permanents et émigrés.
– Président du conseil municipal : Élias Adib Sawaya
– Hôtels et restaurants : Hôtel Central, Hotel Dhour Choueir (One to One), Twin Towers Hotel. Le village compte plusieurs cafés et restaurants. L'Hôtel Central propose les dimanches des buffets, avec au menu des plats libanais concoctés comme chez soi.
– Climat : très froid en hiver, tempéré et sec en été.

...
Akkar el-Atika, nichée au cœur des sapins - [more]
By: Suzanne BAAKLINI
Date: Wednesday, July 13, 2016

Ce qui fut jadis un carrefour incontournable, dont les croisés et les Mamelouks avaient compris l'importance, est aujourd'hui un village frappé, comme toutes les autres localités du Akkar, par la négligence. Toutefois, pour développer son tourisme, il a plus d'une corde à son arc...
« Vous laisser partir sans déjeuner ? Il est hors de question. J'entre vous préparer un bon repas de chez nous. » Qu'importe le jeûne du ramadan qu'il observe rigoureusement, ou notre refus catégorique de nous attabler, Abbas Ali Abbas, propriétaire d'un restaurant dans les hauteurs de Akkar el-Atika, au cœur d'une forêt de magnifiques sapins de Cilicie, est un exemple de l'hospitalité des gens du Nord, et de son village en particulier.
Le coin est magnifique, comme toute la nature qui entoure le village de Akkar el-Atika. Les paysages sont pittoresques : au loin, le village aux multiples petits immeubles en béton est comme noyé au milieu de vagues de collines verdoyantes. Quand il fait beau, on peut voir la côte de Tartous, au nord (Syrie), jusqu'à Tripoli au sud !
Le village est très riche en eau, du fait de sa proximité avec la Qammouha (un plateau sur les hauteurs du Akkar abritant une importante forêt et constituant un véritable château d'eau). Khaled Melhem, membre du conseil municipal, place les sources et les chutes d'eau en tête de liste des attractions touristiques du village, au même titre que les vestiges historiques (mamelouks pour la plupart) et la nature. « De nombreuses sources abreuvent le village et vont en contrebas vers les autres localités, explique-t-il. Elles explosent littéralement à la fin de l'hiver, lors de la fonte des neiges. L'eau, très pure, provient de la vaste cuvette naturelle que forme le plateau de la Qammouha, dans les hauteurs. D'ailleurs, le conseil municipal a procédé à la construction d'un petit barrage – une sorte de grand lac artificiel – qui aura une importance économique et touristique soutenue une fois achevé. »
Les sources n'ont pas qu'une (future) fonction touristique ; elles servent à irriguer les terrains agricoles, l'agriculture étant l'une des principales occupations des habitants du village, l'autre étant l'affiliation à la fonction publique. Akkar el-Atika est d'ailleurs particulièrement fière de soldats morts au champ d'honneur, notamment à Nahr el-Bared en 2007.

Quinze kilomètres de randonnée...
Le plus beau coin, à n'en pas douter, reste la forêt de sapins de Cilicie, genévriers et autres arbres rares, dans les hauteurs. Il s'agit de l'une des étapes du Sentier de montagne libanais (Mountain Lebanon Trail), un itinéraire mis en place par l'association du même nom sur les cimes libanaises.
« À notre niveau, le sentier commence par l'extrême nord à Kobeyate, puis passe par Akkar el-Atika, pour ensuite se poursuivre jusqu'à Qammouha et Denniyé, explique Rachid Abbas, du Comité de l'environnement du village, une ONG locale. Les randonneurs y trouvent leur bonheur parce que, sur une longueur de quinze kilomètres, ils ne tombent sur aucune habitation et n'ont pour compagnons de route que des arbres rares, comme le sapin de Cilicie, qu'on ne trouve pratiquement plus qu'ici. Nous avons pris l'habitude de monter les accompagner quand ils passent par là. »
Le village compte deux restaurants. Chez Abbas Ali Abbas, qui a ouvert le sien il y a une quinzaine d'années, après une carrière dans les forces de l'ordre, on se sent au bout du monde, assis entre les sapins centenaires. « Regardez, je cultive mes légumes ici, tout est servi frais au moment même », nous dit-il.
La vue est tout aussi imprenable chez le jeune Hussein Ali, qui vient d'inaugurer son établissement. « J'ai beaucoup voyagé, cuisiné pour le mariage du fils de l'émir du Qatar ou encore pour des sommets de la Ligue arabe, raconte-t-il. Mais finalement, j'ai voulu revenir investir dans mon village. »
La cuisine qu'on peut goûter à Akkar el-Atika ? « C'est le mezzé libanais et la cuisine arabe traditionnelle, nous expliquent les deux restaurateurs. Nous nous caractérisons cependant par la fraîcheur de nos produits, tous en provenance du village. » Malheureusement, pour passer un week-end, il n'y a toujours pas de chambres à louer dans le village (Abbas Ali Abbas est en train d'en construire, elles seront prêtes vers la fin de l'été). Il faudrait donc loger dans l'un des villages proches comme Beino ou Kobeyate. Autre inconvénient : les routes qui mènent vers cette belle forêt sont cahoteuses. Mieux vaut être équipé d'une bonne 4 x 4 !

 

Les Mamelouks
Mais au fait, d'où vient le nom de Akkar el-Atika, littéralement Akkar l'ancienne ? Kamel Chaar, un directeur d'école à la retraite, est visiblement fier de conter l'histoire de son village, dans un point surplombant le joyau de patrimoine du coin, la forteresse de Akkar el-Atika. « La forteresse a probablement été construite par Mehrez ben Akkar, au temps des croisés, dit-il. Après les croisés, elle a été prise par les Mamelouks, qui y ont placé l'un de leurs innombrables protectorats familiaux, la confiant au clan Saïfa. »
Le nom du village, toujours selon Kamel Chaar, proviendrait donc du bâtisseur de la forteresse. Mais il pourrait avoir une autre origine. « En ce temps-là, cette localité était un passage obligé pour les caravanes de marchandises, dit-il. Les bandits des grands chemins avaient coutume de les attaquer. Ils semaient la terreur, d'où le sens du verbe akkara en arabe. » L'adjectif « atika » a été ajouté au nom du village quand, avec les conquêtes du clan Saïfa, tout l'actuel Akkar a été annexé à leur fief. Le village est ainsi devenu « l'ancienne partie » du Akkar.
Les vestiges mamelouks parsèment le village, avec des restes de bâtiments en arcades perdus parmi les maisons, ou encore ce mihrab et ces arcades internes de l'époque mamelouke dans la grande mosquée du village, le dernier vestige d'une mosquée historique remplacée par un bâtiment plus moderne...
Nature luxuriante, vestiges historiques, sens de l'hospitalité... Akkar el-Atika a tous les atouts pour devenir un village touristique, au cœur d'un mohafazat qui a préservé sa beauté naturelle, grâce – ou à cause – de l'oubli officiel. Une aventure pas comme les autres, qui vaut le détour.

 

Votez ici

 

Comment y accéder


Suivant l'état du trafic, il faut à peu près trois heures de route de Beyrouth (un peu plus de 150 kilomètres) pour atteindre Akkar el-Atika. Deux itinéraires y mènent principalement : l'un passe par el-Abdé (littoral du Akkar, au nord de Tripoli), d'où il faut monter à Halba (chef-lieu du mohafazat), puis passer par Rahbé, Beit Mellat jusqu'à Akkar el-Atika. L'autre vient du nord, par le village de Kobeyate, tout proche.


À ne pas rater

La forêt de sapins de Cilicie et de genévriers, dans les hauteurs du village, dans le prolongement de la Qammouha. Parfaite pour une randonnée de dépaysement, et pour une bouffée d'air pur.

Les restaurants près de la forêt, pour leur cuisine traditionnelle, faite à partir de produits frais, et pour leur vue imprenable.

La forteresse de Akkar el-Atika, également appelée forteresse du clan Saïfa : la beauté de l'édifice est perceptible de loin mais, malheureusement, l'accès n'est pas assuré (il faut prévoir une bonne randonnée pour y arriver). Le conseil municipal blâme « la négligence officielle » qui garde tous les sites historiques de ce village dans un abandon total.

Les innombrables sources et chutes d'eau, intéressantes surtout à la période de fonte des neiges. Les champs du village sont à visiter au mois de septembre, au moment de la récolte des pommes et des légumes. On peut alors s'approvisionner en produits frais.

 

 

Fiche technique

Le village de Akkar el-Atika est l'un des plus grands du Liban.

Superficie : 40 km2.

Nombre d'habitants : Un peu moins de 20 000.

Président du conseil municipal : Khaled Bahri, récemment réélu.

Nombre d'hôtels et de restaurants : De petits cafés sur la place principale, et deux restaurants qui servent le mezzé dans les hauteurs, près de la forêt de sapins. Pas d'hôtels jusqu'à ce jour.

Altitude : Le village s'étale sur tout un flanc de montagne : il commence à près de 600 mètres d'altitude pour culminer à plus de 1 700 mètres, près de la source du Chouh (sapin de Cilicie).

Météo : Le climat est méditerranéen, froid en hiver et très agréable en été, avec un taux important d'enneigement et de précipitations – malgré une baisse ces dernières années –, ce qui explique la multitude de sources dans la localité.

...
ONUART - Tania Kassis - [more]
By: NNA
Date: Wednesday, July 13, 2016

وطنية - نظمت مؤسسة ONUART برئاسة رئيس الوزراء الاسباني السابق ميغيل أنجيل موراتينوس حفلة بحر المتوسط الأولى الفريدة من نوعها في مقر الامم المتحدة في جنيف، وقد جمعت شخصيات ديبلوماسية بارزة منها صاحبة السمو الملكي في المغرب الأميرة لالة حسناء، وممثل الأمم المتحدة لتحالف الحضارات آل ناصر، وديبلوماسيين من بلاد المحيط، ووزير الثقافة اللبناني روني عريجي، وسفيرة لبنان نجلاء عساكر وغيرهم من السفراء ونائب رئيس مؤسسة ONUART السيد مارش ...

شارك في الحفل مطربون عالميون من المغرب، ومصر، وتونس، وفلسطين، واليونان، ومالطا، وقبرص، وايطاليا، والأردن، وفرنسا واسبانيا، الا أن أضواء الحفل تم تسليطها على تانيا قسيس ممثلة لبنان، التي نالت اعجاب الحضور بعد أدائها للمرة الأولى على المسرح أغنيتها الجديدة "الأرض للجميع / #Land4all" بنسختها العربية والانجليزية مع أوركسترا السمفوني المغربي الملكي، والتي كانت قد أطلقتها الأسبوع الفائت بالتعاون مع مركز الأمم المتحدة للاعلام في بيروت، تلاها ال "Ave Maria" الاسلامية المسيحية في تعاون مميز مع الممثل والمغني الشهير كارلوس عازار وعازف الكمان العالمي اللبناني الأرمني الموهوب آرا ماليكيان.

وعبر الوزير عريجي عن "فخره لتسليط الضوء على رسالة السلام الموجهة من لبنان في هذا الحفل المميز، وذلك بفضل جهود ودعم مؤسسة "تاماري". 


تلا الحفل عشاء رسمي من تنظيم المملكة المغربية في فندق انتركونتيننتال، في حضور شخصيات سويسرية عظيمة الشأن، وكبار الشخصيات من الدول المتمثلة في هذا الحفل.

وبعد نجاحها المدوي في جنيف، يسر تانيا قسيس أن تعلن عن اضافة مقاعد في حفلها المقبل في 19 تموز ضمن اطار أعياد بيروت، حيث سيرافقها أكثر من مئة مغني، وهو حفل لا يجب تفويته أبدا.
...
Beirut ranked as one of world's best cities - [more]
By: The Daily Star
Date: Tuesday, July 12, 2016

BEIRUT: Lebanon’s capital Beirut has been ranked among the world’s best cities, according to a New York-based travel magazine.

Even with its recent garbage crisis, a volatile security situation, a two-year-long presidential vacuum and an ongoing Syrian refugee crisis, the Mediterranean city came out at number 12 in a readers-chosen survey conducted by Travel and Leisure, becoming the only Arab or Middle Eastern city to make the list this year.

Beirut came in above the Cambodian city of Siem Reap, but just below the historic Italian city of Rome.

Other cities making the list included Italy's Florence, Japan's Kyoto, Spain's Barcelona and South Carolina's city of Charleston at number one.

“In a region that is being devastated by war and destruction, Beirut rises out of the desert dust, with its contemporary art museums and Ottoman architecture, to serve as a guiding light,” the magazine said, describing Beirut as one of the “less obvious, but incredibly rewarding destinations” to visit.

Travel and Leisure asked its readers to weigh in on travel experiences across the globe and rank cities based on landmarks, culture, cuisine, friendliness and shopping.

This survey comes shortly after multiple suicide attacks targeted a Lebanese village bordering Syria, and less than a month following a bombing of the headquarters of one of Lebanon’s most prominent banks in Beirut. No one has yet claimed responsibility for either attacks.

Marred by recent travel warnings issued by the U.S., Canada, and Gulf Arab states, Lebanon has recently attempted to attract tourists by holding dozens of festivals across the country during the summer season.

Defying all odds, Tourism Minister Michel Pharaon said earlier this month that Lebanon’s tourist sector is still attracting people to visit the country.

One reader, Maya Elchebeir, said Beirut was a “strikingly beautiful city.”

This is not the first time Beirut has been acknowledged as a top tourist destination. Last year, the Lebanese capital made it to the CNtraveler Readers’ Choice Awards Top 50 and it ranked 20th in the world’s best cities according to Condé Nast Traveler’s 2013 Readers’ Choice Awards.

...
Afkart: Promoting local artists, designers since 2002 - [more]
By: Chermine Sleiman Haidar
Date: Monday, July 11, 2016

BEIRUT: On the sea-front boardwalk of Zaitunay Bay, Afkart exhibition 2016 opened for the 15th edition of the annual art, craft, and event show. Organizers Maha Masri and Nayla Bassili teamed up with the Beirut Association for Social Development to build an exhibition that fosters and supports more Lebanese designers, makers and artists every year. With 70 stands, strungout along the quay side, designers and producers have the opportunity to share their work, promote it and meet new clients. The show, launched Friday, offers an important chance for many designers to make connections that can keep them in orders and working for the rest of the year.

There’s an eclectic selection of stalls selling everything from clothes, shoes, and accessories, to home furniture. The meandering visitors can explore the newest Lebanese trends and upcoming fashions. This year, and for the first time imported products are on show from the likes of AGUEA Colombia, a Lebanese startup that’s importing products from Columbia and Peru.

The initial edition of Afkart in 2002 was one of the first initiatives of its kind in Lebanon to gather together rising talent, new and young designers in a single outlet. The exhibition has gained popularity over the years, making it a summer fixture on the event scene in Lebanon. It is hotly awaited by the public and has participants preparing for months beforehand.

“We started these exhibitions to promote Lebanese designers, and especially the designers that work at home and don’t have shops, that have small ateliers, that don’t have a commercial platform,” Masri told The Daily Star. “They do many nice things so that is why we started to encourage them to promote them.”

While each year new products have been added to the feature, a new trend has emerged among newcomers this year: Upcycling. This is the art of reusing unwanted and discarded material to create a new, more valuable product.

Funkyard Furniture is one of the many new designers in the exhibition for the first time this year. Founder of the brand Elias Haber, a civil engineer, uses old tools from construction sites to add an industrial touch to home furniture. This is one of the many examples of upcycling products on show at the exhibition.

“The thing about the exhibition is that it is an incentive for people to change that touch in their homes,” Haber told The Daily Star. “It also helps with networking, as we get very good exposure here. We are very selective in the exhibitions we participate in so as to get good exposure and attract clients that are interested in our products.”

The trend of upcycling goes beyond style and fashion, as it encourages Lebanese people to be more aware of the benefits of reusing waste items.

While the exhibition’s main aim is fashion, design, and artisan products, it also features events like yoga for those looking for a calm and relaxing evening. Saturday, as the sun was setting over the water, a large lycra-clad group gathered in Zaitunay Bay for a one-hour-long yoga session with a view.

The exhibition is open to the public in Zaitunay Bay daily from 6 p.m. to 11 p.m. until July 15.

...
The museum of the Patriarch Elias Howayek - [more]
By: Mother's house - Ibrine, Batroun
Date: Wednesday, June 29, 2016

Pour visiter le musée du Patriarche Elias Hoyek
Couvent de la Sainte Famille 
Maison Mère - Ebrine, Batroun,

Veuillez nous contacter aux numéros suivants

من أجل زيارة متحف البطريرك الياس الحويّك
دير العائلة المقدّسة

دير الأُم - عبرين، بترون

 الرجاء الإتصال على الأرقم التالية

To visit the museum of the Patriarch Elias Howayek
The Holy Family monastery
Mother's house - Ibrine, Batroun

Please contact us at the following numbers 

 06 725 310 
03 822 905
: 03 594 705  

Le musée est ouvert tous les jours de 9h à 18h sauf le lundi

المتحف مفتوح يوميًّأ من الساعة 9 صباحًأ حتى 6 مساءً ما عدا يوم الإثنين

The museum is open  daily from 9 am to 6 pm except Monday 

...
The 10 Oldest Cities In The World (3 in Lebanon) - [more]
By:
Date: Monday, June 27, 2016

THERE’S A CERTAIN AESTHETIC ATTACHED to the oldest cities in the world: bustling souks beneath a bright blue sky, flowing garments made of whispery white cotton, stone masonry painted yellow by the sun.

In reality, however, the oldest cities in the world have faced deep unrest throughout their long histories. Tragically, some are still uninhabitable. The Syrian town of Aleppo, for example, is likely the oldest continuously inhabited city in the world but rages with civil war today. Damascus too is categorically off limits.

That’s not to say the ideal is lost. Some of the oldest cities in the world are flourishing. Places like Plovdiv in Bulgaria have adapted to modern society while preserving the beauty of times long past.

We examine below both sets of cities: those that flourish and those that still fight.


10. Beirut, Lebanon



3,000 BC

Beirut, often likened to a Phoenix, has been destroyed and rebuilt seven times. It’s mentioned in letters to the Pharaoh of Egypt as early as 14th century BC and archaeologists have unearthed flint tools dating from the Middle Paleolithic and Upper Paleolithic through the Neolithic to the Bronze Age.

Top sight: National Museum of Beirut — the city’s foremost cultural institution charts Lebanon’s history and features pieces from the Bronze and Iron ages as well as from the Hellenistic, Roman, Byzantine and Mamluk periods.


9. Gaziantep, Turkey

Gaziantep, Turkey

3,650 BC

Gaziantep, like many of the other oldest cities in the world, has passed through many hands in its extraordinarily long history including the Byzantines, Crusaders and Ottomans.


Situated in southern Turkey, close to the Syrian border, it is today one of the leading producers of machined carpets, exporting $700 million of carpets in 2006 alone.

Top sight: Gaziantep Zeugma Mosaic Museum — the biggest mosaic museum in the world with 1700m² of mosaics, many of which were unearthed at the Roman site of Belkıs-Zeugma before the Birecik Dam flooded much of the site forever.


8. Plovdiv, Bulgaria

Plovdiv, Bulgaria

4,000 BC

Plovdiv, the second-largest city in Bulgaria, has long competed with the capital, Sofia. Originally a Thracian settlement, it later became a major Roman city before falling to the Byzantines and Ottomans.

Today, it is an ethnically and religiously diverse city with a range of churches, mosques and synagogues as well as an Armenian church and Gothic cathedral. Its tolerant attitude and vibrant culture has won it the title of European Capital of Culture for 2019.

Top sight: Plovdiv Roman Theatre — constructed under the rule of Emperor Trajan, the theatre was only uncovered in modern times after a freak landslide in 1972. Now restored, it’s used as a venue for special events and concerts.


7. Sidon, Lebanon

Sidon, Lebanon

4,000 BC

In Christianity, Jesus performed his first miracle of turning water into wine in Sidon. If not miraculous, then Sidon is certainly magical. Located on the Mediterranean coast, 40km (25 miles) from Beirut, Sidon’s Old City is a beautifully preserved maze of narrow alleyways, arched pathways and a number of mosques dating back to the Umayyad Era.

It’s said that St Paul once visited Sidon as did Alexander the Great who of course went on to conquer the great city.

Top sight: Sidon Sea Castle — constructed by the Crusaders, the sea castle sits on a small island connected to the mainland by a stone causeway. The castle was destroyed by the Mamluks to prevent the Crusaders returning to the region and later restored by Fakhreddine.


6. Faiyum, Egypt

Faiyum, Egypt

4,000 BC

Located 100km (62mi) southwest of Cairo, Faiyum occupies part of what was Crocodilopolis, an ancient Egyptian city which worshipped a sacred crocodile named Petsuchos. (It sounds made up but we checked.) Petsuchos lived in a special temple pond and was fed by priests with donated food. When Petsuchos died, it was replaced by another crocodile.

Today, Faiyum comprises large bazaars, mosques and baths with the nearby Lake Qarun a popular vacation spot for city-swelling Egyptians.

Top sight: Wadi Elrayan — a natural depression in the western desert of Egypt comprising two lakes connected by Egypt’s only waterfall. Elrayan was designated as a protected area in 1989 to preserve the area’s biological, geological and cultural resources.


5. Susa, Iran

Susa, Iran

4,200 BC

Susa is the setting of The Persians, a tragedy by Aeschylus and the oldest surviving play in the history of theatre.

Susa is mentioned by the name of Shushan in the Hebrew Bible, mainly in Esther, but also in Nehemiah and Daniel. It’s said that both Daniel and Nehemiah lived in Susa and that Esther became queen there, married King Ahasueurus, and saved the Jews from genocide. The city has since been renamed to the rather delightful Shush.

Top sight: Shush Castle — constructed under the leadership of French archaeologist Jean-Marie Jacques de Morgan in the late 1890s, Shush Castle is now open to the public as a museum. It was heavily damaged in the Iran-Iraq war of the 1980s but has since been fully restored by the Iranian government.


4. Damascus, Syria

Damascus, Syria

4,300 BC

Named by some as the world’s oldest inhabited city, Damascus may have been occupied as early as 10,000 BC, although this is debated. One of the world’s great ancient cities, Damascus has been conquered by Alexander the Great and ruled by the Romans, Arabs and Ottomans.

The city became an important settlement after the arrival of the Aramaeans, a Semitic people from Mesopotamia who established a network of canals still used by the city’s modern water networks.

Top sight: Umayyad Mosque — the city’s greatest tourist attraction is said to be home to the head of John the Baptist. It also contains the mausoleum of Saladin and is believed by Muslims to be the place where Jesus (Isa) will return at the End of Days.


3. Aleppo, Syria

Aleppo, Syria

4,300 BC

Situated at the crossroads of several early trade routes, Aleppo was ruled successively by the Hittites, Assyrians, Arabs, Mongols, Mamelukes and Ottomans.

Currently embroiled in civil war, the city has suffered a tumultuous history. Its earthquake of 1138 is commonly listed as the third deadliest earthquake in history after Shensi and Tangshan earthquakes in China, a result of its location along the northern part of the Dead Sea Transform fault system on the boundary of the Arabian and African plates.

Top sight: Aleppo Citadel — built in the 13th Century, the citadel overlooks Aleppo’s Old City and is ‘protected’ as a UNESCO World Heritage Site. Tragically, the citadel was damaged last year by bomb blasts. The BBC has reported that fighting on the ground and government airstrikes have destroyed more than 60% of the Old City.


2. Byblos, Lebanon

Byblos, Lebanon

5,000 BC

Byblos, as named by the Greeks who imported papyrus from the city, is home to the Phoenician alphabet, the world’s first widely-used alphabet.

Located on a cliff of sandstone 40km (25mi) north of Beirut, the city has been continuously inhabited since Neolithic times. Today, it is growing in popularity as a cultural tourist destination and offers a mixture of ancient ruins, sandy beaches and picturesque mountains.

Top sight: Byblos Castle — built by the Crusaders in the 12th Century, the castle was dismantled by Saladin in 1190 and then rebuilt in 1197 after the Crusaders recaptured Byblos. Today, it stands near a number of Egyptian temples, a Roman amphitheatre and Phoenician Royal Necropolis — a testament to the city’s rich and varied history.


1. Jericho, Palestinian Territories

Jericho, Palestinian Territories

9,000 BC

Seen glittering in the distance from the banks of the River Jordan, Jericho is likely the oldest city in the world. Archaeologists have uncovered the remains of 20 successive settlements, dating back 11,000 years, although it should be said that the city was abandoned for great periods in between.

The city was occupied by Jordan from 1949 to 1967 and has been held under Israeli occupation since 1967. In 1994, it became the first Arab town in the West Bank to be given administrative autonomy under an agreement between Israel and the Palestine Liberation Organisation.

Top sight: St. George Orthodox Monastery in Wadi Qelt — built in the late 5th century AD by John of Thebes, the monastery clings to the cliffs of Wadi Qelt. Like other sights across the oldest cities in the world, the monastery has been destroyed and restored across the centuries and is open today to pilgrims and visitors.

...
: ACTIVITES :